Être ou ne pas être dans l'Europe : un éternel débat

15 juin 2016
Article publié dans L'Action Française 2000

La question posée aujourd'hui, à l'approche du référendum sur le Brexit, l'a déjà été à maintes reprises, comme en témoignent les archives d'Aspects de la France.

En 1950, alors que fut proposée la création de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l'acier), le gouvernement britannique « considérait que l'appartenance à un groupement exclusivement européen affaiblirait ses liens avec le Commonwealth et la défense atlantique », comme l'explique Helen Parr dans le Dictionnaire critique de l'Union européenne (Armand Colin, 2008). Cependant, Londres ne tarda pas à reconsidérer sa position, tandis que se développait le Marché commun. En effet, « celui-ci était devenu le premier partenaire commercial de la Grande-Bretagne ». De plus, « la Communauté était en train de s'imposer sur la scène internationale, au risque d'isoler la Grande-Bretagne ». Aussi sa demande d'adhésion fut-elle présentée en juillet 1961.

L'Action française contre l'élargissement

Albion se heurta toutefois à l'hostilité de Paris. Dans les colonnes d'Aspects de la France, on était loin de le déplorer : « pas d'élargissement du Marché commun sans révision du traité de Rome », résumait le titre d'un article signé Finex, publié dans le numéro du 7 décembre 1967 ; sans quoi, expliquait-il, « le poids [...] du vote de la France [...] serait diminué en valeur relative ». « Ceux qui prônent l'entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun n'avancent aucun argument relevant de l'intérêt français », tranchait Pierre Pujo ; « on ne nous a pas encore dit comment l'économie française supporterait la concurrence anglaise », déplorait-il notamment.

Un traité n'en fut pas moins signé quatre ans plus tard. « Il faut écarter d'emblée la théorie selon laquelle tout élargissement d'une aire économique serait un bien », commentait Georges Mollard, dans le numéro du 27 janvier 1972. De son point de vue, l'économie était manifestement un jeu à somme nulle ; qu'importent Ricardo et ses "avantages comparatifs" : « toute l'expérience acquise tend au contraire à montrer que ce qui serait bon pour l'un serait mauvais pour un autre ». En tout cas, « les nouveaux arrivants ne sont pas disposés à oublier leurs intérêts nationaux », prévenait Pierre Pujo ; la « cohésion » de la Communauté européenne s'en trouvera même fragilisée, annonçait-il. La hantise d'une Europe fédérale n'en continuait pas moins d'animer les collaborateurs du journal. Le 15 mai 1975, par exemple, Aspects de la France dénonçait la « chimère européenne » du président Valéry Giscard d'Estaing.

Déjà un référendum en 1975

Le mois suivant, les Britanniques étaient appelés, déjà, à s'exprimer sur le maintien de leur pays dans la Communauté européenne. Comme l'expliquait Pierre Pujo dans son éditorial du 12 juin 1975, le chef du gouvernement britannique avait « cru trouver dans le recours à la procédure du référendum [...] le moyen d'esquiver ses responsabilités de Premier ministre et de surmonter la division de son parti sur la question européenne ». L'histoire se répète ! « Malgré le référendum britannique, "l'Europe" recule », titrait alors Aspects de la France. Échec venait d'être fait au Brexit. « Les partenaires de la Grande-Bretagne [...] auraient tort de croire qu'ils trouveront désormais en elle un associé animé d'un grand enthousiasme communautaire », prévenait Pierre Pujo.

« La prétention de nos gouvernants de se présenter comme les meilleurs "européens" peut être de bonne tactique dans les négociations », concédait-il de façon plus étonnante « Travaillons à réaliser le concert des nations européennes tant sur les problèmes politiques et de défense que sur les questions économiques et monétaires », poursuivait-il ; « mais n'oublions pas que la France ne tiendra son rang, tant vis-à-vis des superpuissances que de ses partenaires européens, que dans la mesure où elle représentera elle-même, sur tous les plans, une force ». En effet, qu'est-ce que la souveraineté sans la puissance ?

La guerre au quotidien

18 mai 2016
Article publié dans L'Action Française 2000

Comment L'Action Française traitait l'actualité au printemps 1916, un siècle avant la commémoration officielle de la bataille de Verdun.

Il y a cent ans, le 29 mai 1916, à la une de L'Action Française, des communiqués officiels rendaient compte brièvement des opérations militaires. Sur la deuxième page du journal, quelques lignes étaient consacrées à la bataille de Verdun : « on pouvait prévoir, après l'acharnement des dernières luttes, que les Allemands s'abstiendraient de toute attaque avant d'avoir reconstitué leurs divisions décimées par le feu », soulignait le commandant Z. Mais il n'en fut rien : « l'ennemi a dirigé un violent bombardement », observait-il ; depuis deux jours, en revanche, il n'y avait eu « aucune attaque d'infanterie ».

Kant et Rousseau accablés

Dans un petit article non signé, L'AF s'interrogeait sur la Grèce, alors « en proie à l'invasion bulgare » : « les neutres n'échapperont pas à leur destin », prévenait l'auteur ; « quoi qu'elle fasse, sa cause devrait être désormais liée à la nôtre : nous nous heurtons aux mêmes ennemis, son "ennemi héréditaire" le Bulgare et le bloc germanique, destructeur des peuples ». Nulle complaisance n'était tolérée à l'égard de l'ennemi. Léon Daudet en débusquait les espions et autres complices présumés, à l'image des collaborateurs de Maggi (les petits cubes alimentaires) – « une boîte allemande à masque suisse », dénonçait-il. Charles Maurras, quant à lui, se disait « heureux d'applaudir aux paroles » d'un certain Paul Helmer : « c'est la nation allemande tout entière qui a voulu la guerre », affirmait ce dernier ; « c'est elle tout entière qui doit être châtiée », poursuivait-il. Le Martégal prêtait des origines philosophiques au conflit en cours : « l'État boche procède d'un type d'individualisme absolu trouvé chez Kant, maintenu et copieusement développé dans Fichte, comme l'État jacobin émane et évolue du libéralisme absolu admis également comme point de départ par Rousseau », expliquait-il.

Renvoyés à des considérations plus terre-à-terre, les lecteurs étaient invités à soutenir l'effort de guerre via la souscription d'obligations. Une liste de combattants tombés au champ d'honneur était publiée en une ; c'était déjà la cinq cent soixantième... Mais toute légèreté n'était pas bannie des colonnes du journal, où se poursuivait un « feuilleton » – en l'occurrence, L'Île au trésor de Robert Louis Stevenson.

Jacques Bainville et l'Action française

4 mai 2016
Article publié dans L'Action Française 2000

Journaliste, historien, Jacques Bainville (1879-1936) est toujours resté très lié à l'Action française, tout en rayonnant au-delà. Nous remercions son biographe, Christophe Dickès, de nous avoir éclairé sur ce point. La place ayant manqué dans les colonnes du journal, nous publions ci-dessous l'intégralité des réponses qu'il nous a apportées

Présenter Jacques Bainville « comme un historien d'Action française » reviendrait-il à entretenir « une fausse vérité », comme cela a été dit dernièrement au micro de Radio Courtoisie ?

Il me semble difficile de séparer Jacques Bainville de l'école d'Action française. Dès les premières années de l'AF, Bainville tient à populariser l'idée de monarchie. Ceci est très net dans sa réponse à l'Enquête sur la Monarchie de Maurras : il explique qu'il est nécessaire d'adopter un comportement pédagogique à l'égard de la population afin de faire comprendre les bienfaits des idées monarchiques. Plusieurs années après, en 1924, il publie son Histoire de France qui a précisément cette vocation : réhabiliter l'histoire et le travail des rois de France alors qu'ils étaient dénigrés par l'histoire républicaine et progressiste. Bainville est un vulgarisateur, dans le bon sens du terme. On le sait, il fait partie des historiens dits engagés. Il est considéré comme tel dans les études historiographiques. Or cet engagement en faveur des idées monarchiques défendues par l'AF ne souffre aucune contestation. Il faut aussi lire son carnet intime de 1929 que j'ai publié aux éditions Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il parle de l'AF de la façon suivante en 1929 : « La faiblesse de l'AF n'est pas, comme le croyait Barrès, de ne s'adresser qu'à la raison et de ne pas tenir compte des puissances des sentiments. C'est de ne s'adresser qu'aux sentiments nobles, désintéressés, à l'amour du bien public, à la vertu. » Mais au-delà de ces sentiments, Bainville a complètement intégré dans son analyse politique le modèle maurrassien de l'empirisme organisateur.

Jacques Bainville accordait-il une importance particulière à son travail pour L'Action Française, ou bien collaborait-il avec elle au même titre qu'avec d'autres journaux ?

Selon les archives des Renseignements généraux, la fameuse sous-série F7, Bainville fait partie des structures de l'AF dans les années d'avant-guerre. Avec le temps, son engagement militant sera moindre. Mais Jacques Bainville a été toute sa vie rédacteur de L'Action Française. Il avait à l'AF son bureau et ses amitiés, qu'il n'a jamais trahies. Il disait de Maurras qu'il lui devait tout, sauf la vie. L'idée que Bainville aurait pris ses distances avec l'AF vient du fait qu'après-guerre, ses succès d'écrivain lui ont permis de s'émanciper et de s'engager pour plusieurs journaux en dehors du cercle monarchiste : La Liberté, Le Petit Parisien, etc. Mais cette émancipation et cet engagement professionnel ne doivent pas occulter la persistance de son antiparlementarisme et de son antilibéralisme. Ceux qui veulent sortir Bainville de l'AF raisonnent par anachronisme en estimant que le modèle de la Ve République aurait convenu à Bainville. En effet, l'intégration de la politique étrangère comme un domaine réservé du président de la République, sous la Ve République, aurait pu remporter son adhésion. D'ailleurs, du point de vue des idées, il me semble évident que ce domaine régalien a été intégré à la constitution de la Ve République sous l'effet de la pensée politique de Charles Maurras. Le colloque organisé par le professeur Georges-Henri Soutou et Martin Motte sur l'influence de Maurras sur la politique étrangère de la France l'a très bien montré (Georges-Henri Soutou et Martin Motte, Entre la vieille France et la seule France, Economica-ISC, collection Bibliothèque stratégique, 2010). Il ne faut donc pas faire de contresens : c'est bien Maurras et Bainville qui ont inspiré la politique étrangère de le la France et le fameux domaine réservé. Non l'inverse.

Sa distance vis-à-vis des antidreyfusards et sa défiance à l'égard de l'antisémitisme ne plaçaient-elles pas Jacques Bainville en marge des nationalistes qu'il côtoyait ?

Votre question montre toute la complexité de l'époque de l'affaire Dreyfus mais aussi de l'Action française en général. Lionel Jospin s'était pris une volée de bois vert de la part des historiens en plaçant la gauche du côté des dreyfusards, la droite du côté des antidreyfusards... La grille de lecture est bien plus nuancée. Bainville est dreyfusard sur le plan judiciaire, antidreyfusard sur le plan politique car il est estime que les conséquences de l'affaire seront catastrophiques pour la France. Quand l'affaire atteint son paroxysme, il observe tout cela d'Allemagne. Et il s'inquiète de la division française face à l'empire wilhelmien en devenir... Cette idée va jouer sur son engagement monarchiste. Ceci dit, il faut rappeler qu'il n'avait aucun engagement politique ni littéraire à cette époque. Rappelons aussi que quand Dreyfus est condamné en 1894, il a à peine quinze ans !

Jacques Bainville se définissait-il lui-même comme nationaliste ?

Oui, c'est évident. Toute son œuvre sur l'Allemagne et la France en est la preuve évidente. Les intellectuels du IIIe Reich justifient le nationalisme allemand contre la France en partant de l'œuvre de Bainville. Pour eux, il s'agit de répondre à la conception westphalienne de l'Allemagne prônée par Bainville dans la tradition politique de Richelieu.

Alors qu'il était réputé pour sa modération, comment s'entendait-il avec Léon Daudet, qui disait vomir les tièdes ?

C'était tout simplement son meilleur ami. Jacques Bainville est celui qui va reconnaître le corps de Philippe Daudet à la morgue en 1923... C'est vous dire les liens qui unissaient les deux familles. Une autre anecdote : Hervé, le fils de Jacques, n'a entendu son père se mettre en colère qu'à une seule reprise : alors que Léon Daudet était en exil en Belgique, les Bainville déjeunaient chez eux ; or un journaliste a eu le malheur de sonner à la porte et de les déranger ; Bainville est entré dans une colère noire, chassant manu militari l'impétrant. Bainville était un faux calme et il ne supportait pas une telle intrusion dans l'intimité familiale et amicale. Dernière anecdote : après son élection à l'Académie française, Bainville rend hommage aux Daudet, Pampille (Marthe Daudet) et Léon : « Je crois que si nous avons montré quelque chose, c'est que l'amitié n'est pas une chimère. [...] Il y a vingt-huit ans, depuis la fondation du journal, que nous sommes assis, Léon Daudet et moi, à la même table de travail. [...] Je crois que si on voulait la scier, elle résisterait comme du granit, bien qu'elle ne soit que de bois blanc. »

Soucieux de la place de la France au sein du concert des nations, se distinguait-il en cela d'un Maurras prônant la politique de « la seule France » ?

C'est une excellente question à laquelle j'ai répondu à l'occasion du colloque que j'évoquais précédemment. Sur les principes, Bainville était maurassien. Plus maurassien d'ailleurs que Charles Maurras lui-même. Encore une fois, l'empirisme organisateur constitue la base de l'analyse politique bainvillienne empruntée à Maurras. C'est une des conclusions de ma thèse de doctorat. Néanmoins, dans les faits politiques, Bainville fait évoluer Maurras, notamment sur l'entente cordiale. Je me permets de renvoyer vos lecteurs à ma contribution à ce colloque.

Constatant qu'à la différence de Maurras, Bainville ne s'était pas enthousiasmé devant Athènes, vous avez parlé d'une « nuance importante » dans un précédent entretien ; que vouliez-vous dire ?

Bainville voyage en Grèce comme tout intellectuel de la IIIe République se devait de le faire. Il tire de ce voyage le livre Les Sept Portes de Thèbes. Mais le biographe de Bainville, Dominique Decherf, montre bien que ce voyage ne lui a tout simplement pas plu. Il a beaucoup de mal à s'extasier devant des ruines et des pierres qui, tout simplement, ne l'inspirent gère... C'est ici que l'on voit que Bainville est plus "romain" que "grec".

Les opinions libérales de Jacques Bainville étaient-elles contestées au sein de l'AF ? Il n'y a « rien de plus terrible que la liberté donnée à l'État d'imprimer du papier-monnaie », écrivait-il, par exemple, dans L'Action Française du 2 novembre 1925 ; aujourd'hui, de tels propos ne feraient-ils pas bondir les souverainistes ?

Bainville pensait au système de l'Écossais John Law sous la régence de Philippe d'Orléans ou encore aux assignats de la Révolution française : il critiquait l'artificialité du papier-monnaie. Je ne sais pas s'il a rencontré des objections au sein de l'AF sur son libéralisme économique. Cela devait être sûrement le cas. Néanmoins, sa réputation en matière d'investissements n'était plus à faire. Il donnait des conseils boursiers dans la Revue universelle et rendait accessibles les difficultés de l'économie dans le journal populaire Le Petit Parisien. Cela pouvait le distinguer au sein de l'Action française, dont les composantes sont bien plus complexes que l'historiographie le laisse souvent entendre.

Des essayistes présentant l'histoire comme le fruit d'une volonté, d'une planification, voire d'une conspiration, sont parfois considérés comme les héritiers de Jacques Bainville ; n'est-ce pas se méprendre quant à la nature de sa pensée ?

À la différence de Maurras, Bainville n'a jamais parlé de la franc-maçonnerie et encore moins de complot juif. Il ne se reconnaissait pas dans la théorie maurrassienne des États confédérés. En revanche, il a critiqué le projet idéologique wilsonien après la Grande Guerre, projet d'inspiration protestante d'ailleurs rejeté par la représentation du peuple américain... Bainville n'a jamais fait du conspirationisme un fonds de commerce et je n'ai jamais trouvé trace chez lui de l'existence d'une telle planification. D'un point de vue plus général, il estimait que la nature était plastique. Que l'histoire était faite de renaissances et de décadences, et que l'homme pouvait agir sur son milieu. D'où le fameux mot de Maurras : « Tout désespoir en politique est une sottise absolue. » Bainville écrivait lui, toujours en 1929 : « Le nationalisme interdit d'aller jusqu'au bout de la théorie de la catastrophe. » Néanmoins, il confesse par ailleurs son pessimisme, voire une forme de nihilisme mais dont il n'a jamais fait profession publiquement. Une attitude qui est la conséquence d'une lucidité sur cette Europe qui, pour la deuxième fois en moins de vingt-cinq ans, allait sombrer dans le chaos.

Quelle trace l'œuvre de Jacques Blainville a-t-elle laissé dans l'histoire ?

Je dirai un quadruple héritage : une conception géopolitique de la France et de son rôle dans le concert des nations ; l'image aussi d'un Cassandre alors que le conflit franco-allemand avait atteint son paroxysme dans l'histoire européenne ; un style absolument remarquable mais aussi des articles aux accents profondément contemporains : il faut, par exemple, relire L'Avenir de la civilisation écrit au lendemain de la Grande Guerre. Ce texte garde toute son actualité et n'a pas pris une ride.

À lireLa Monarchie des Lettres,  anthologie des grands textes de Jacques Bainville (Histoire de trois générations, Histoire de deux peuples, Les Conséquences politiques de la paix, des récits de voyages, un choix de correspondances, mais aussi une centaine d'articles de presse tirés de la Revue universelle, La Liberté, L'Action Française, Candide, Le Capital), introductions et notes de Christophe Dickès, éditions Robert Laffont, collection Bouquins, 2011, 1 152 pages, 30,50 euros.

NB – Le 19 mars 2016, au micro de Radio Courtoisie, Michel Rouche, professeur émérite à la Sorbonne, a fait l'éloge de Jacques Bainville et de son Histoire de France. Il participait au Libre Journal des lycéens animé par Antoine Assaf. Cependant, il a évoqué ce « point fondamental » à ses yeux : « beaucoup de gens sont persuadés de cette fausse vérité, à savoir qu'ils considèrent Jacques Bainville comme un historien d'Action française », a-t-il déclaré ; or, a-t-il poursuivi, « lui-même a toujours protesté en disant qu'il n'était pas membre de l'Action française » ; et  d'affirmer que « les manifestations qui ont éclaté à la mort de Jacques Bainville organisées par l'Action française étaient une tentative d'annexion de la pensée de Jacques Bainville » ! Il est vrai que celui-ci a rayonné bien au-delà de l'AF, mais de là à l'en détacher ainsi, il y un pas que nous nous serons bien évidemment les derniers à franchir ! L'intervention d'Alain Lanavère s'est avérée plus consensuelle : « Bainville avait l'immense mérite de n'être pas universitaire », a-t-il expliqué  « donc il n'écrit pas l'histoire avec le jargon des universitaires » ; « il était un homme tout à fait de son temps, et sa langue est admirable de clarté ».

Jean-Yves Camus : « Il est d'autant plus question de République depuis que se pose la question de la radicalité islamiste en France »

16 juillet 2015
Article publié dans L'Action Française 2000

Observateur attentif des droites radicales, Jean-Yves Camus est politologue, chercheur associé à l'IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques).

« Protéger les jeunes du risque d'endoctrinement anti-républicain » : tel était l'objet du séminaire organisé par France Stratégie (le "laboratoire d'idées" du gouvernement, héritier du Commissariat général au Plan), auquel vous avez participé le jeudi 2 juillet 2015. Les royalistes étaient-ils visés ?

Cette formulation émane d'une administration. Or, mon regard est celui d'un universitaire. Sur la forme républicaine du gouvernement, chacun a son opinion, mais je crois, honnêtement, que le coup de force n'est pas pour demain. Que l'on s'en réjouisse ou qu'on le déplore, le sujet, aujourd'hui, ce n'est pas le mouvement royaliste ! Ce qui importe, c'est de regarder les mouvements qui posent un danger pour la sécurité intérieure et extérieure de la France. Au cours de cette réunion, 80 % des discussions ont donc porté sur l'islamisme. L'interdiction des mouvements comme le vôtre serait absurde. De toute façon, l'objet des discussions n'était en aucun cas d'évoquer des mesures de répression : seul le gouvernement peut décider de mesures de dissolution, qui ne pourraient en aucun cas supprimer une école de pensée.

Intervenant en tant que « spécialiste des nationalismes et extrémismes en Europe », vous avez pris la parole aux cotés de la directrice générale du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam. L'extrême droite et l'islamisme représenteraient-ils un danger commun pour les institutions ou la société, comme le suggère la dénonciation de « l'islamo-fascisme » ? Y aurait-il des points communs, voire des passerelles, entre l'islamisme et les droites radicales ?

L'islamo-fascisme est un concept parfaitement creux, dont l'emploi peut, à la rigueur, permettre à des publicistes de "clasher" dans les débats télévisés, mais scientifiquement, il ne tient pas. Cela étant, il y a effectivement des points de convergence entre tel ou tel groupuscule – je dis bien groupuscule – d'ultra-droite et les discours délirants qu'on peut trouver chez les salafistes radicaux : sur le complot international, le rôle caché de tel ou tel groupe de pression qui dirigerait le monde en tenant les ficelles... Il y a également quelques cas rarissimes – on doit les compter sur les doigts de la main – de gens qui, tout en ayant eu un engagement à l'ultra-droite, sont passés ensuite à un engagement islamiste. Mais aujourd'hui, le problème qui se pose, ce sont les conversions, pas les passages de l'ultra-droite au salafisme !

La République est sur toutes les lèvres, comme en témoignent l'organisation de ce séminaire ou le changement de nom de l'UMP. Son invocation ne serait-elle pas le paravent "politiquement correct" d'une certaine "islamophobie" ?

Je fais partie des gens qui utilisent le terme d'islamophobie. Je n'en ai jamais nié la pertinence lorsqu'il s'agissait de parler d'une forme de détestation de l'islam qui constitue, au sens clinique, une phobie. Quand on a une phobie de l'islam et des musulmans, sans se demander si les gens se définissent eux-mêmes comme musulmans, ni s'ils sont totalement intégrés à la Nation française, quand on part du principe que tous les musulmans forment une cinquième colonne dans la République, alors on est un islamophobe. Cela étant, le terme est parfois aussi utilisé pour entraver la liberté que l'on doit avoir de questionner l'islam, de critiquer l'islam, comme on peut également questionner et critiquer le catholicisme, le judaïsme, tout type de croyance philosophique et religieuse. Je ne dirai pas que l'invocation de la République sert de paravent à l'islamophobie. Cependant, il est d'autant plus question de République, d'une façon parfois un peu totémique, depuis que se pose la question de la radicalité islamiste en France, et qu'une interrogation réelle se fait jour sur la place qu'on doit donner à l'islam dans notre pays.

« En Europe occidentale », expliquiez-vous à L'Humanité en 2012, « les populismes d'extrême droite ont réussi à détourner le logiciel idéologique de la gauche sur les questions sociétales ». Qu'en est-il du Front national ? Sa critique relativement mesurée du "mariage pour tous" participe-t-elle de ce phénomène ? Par ailleurs, Marine Le Pen aurait-elle rompu avec son père parce que l'antisémitisme ne lui semblerait plus rentable ?

Tout ce mouvement-là est lié à la question de l'islam : défense des homosexuels dans leurs droits en tant que minorité, parce qu'on explique que, dans les pays d'islam, ils n'ont aucun droit, et qu'ils sont menacés ici même par la montée du fondamentalisme musulman ; défense des femmes, parce que l'islam les opprime et les force à porter le voile ; défense de la laïcité, parce que l'islamisme cherche à la détruire ; réappropriation de toutes les valeurs sociétales qui étaient portées auparavant par la gauche, parce que certains milieux laïcs considèrent qu'aujourd'hui, il y a, dans les pays européens un nouveau totalitarisme qui s'exprime, le totalitarisme islamiste. On vient défendre les libertés individuelles, les libertés des minorités, contre ce totalitarisme-là. C'est vrai à ce point que Pim Fortuyn et Geert Wilders ont pris aussi la défense des Juifs des Pays-Bas, dont ils expliquent qu'ils sont menacés par le totalitarisme islamiste, ce qui n'était quand même pas l'optique dominante à l'ultra-droite il y a encore quelque temps... Que l'évolution du Front national s'inscrive dans la même logique, cela ne fait aucun doute. Mais il faut être très clair : l'antisémitisme, électoralement, cela n'est pas rentable du tout ! D'ailleurs, cela n'est pas davantage rentable que le supposé vote juif. Une étude de Jérôme Fourquet (Ifop) sur « les votes juifs » montre combien il est statistiquement insignifiant et divers.

« La France n'est pas que la République », a déclaré Marion Maréchal-Le Pen, dans un entretien à la revue Charles. Pensez-vous, comme l'annonce Bruno Roger-Petit dans Challenges, qu'il s'agisse d'« un cri de ralliement lancé à ce que l'extrême droite française a toujours produit de pire depuis deux siècles » ?

Ce qu'il y a de pire dans l'histoire des extrêmes droites, c'est le national-socialisme... La république est la forme de gouvernement qui, je crois, rassemble la majorité des Français. Regardons toutefois la carte de l'Europe, ou, plus précisément, celle de l'Union européenne : la Belgique est une monarchie, le Danemark aussi, tout comme l'Espagne, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Royaume-Uni ou la Suède... Tous ces pays n'en sont pas moins des démocraties. Autrement dit, la royauté et la démocratie peuvent aller de pair, même si, évidemment, dans le cas du journal que vous représentez, la critique de la démocratie est principielle... D'ailleurs, je crois que c'est aussi la force de la République de tolérer que soient critiqués les fondements même de nos institutions.

Quel regard portez-vous sur l'Action française ?

Par rapport à son histoire, évidemment, j'ai des divergences énormes, qui portent en premier lieu sur l'antisémitisme d'État. En effet, si jamais cela ne laissait pas entendre qu'il existerait des Juifs anti-nationaux (ou non nationaux), le terme de juif national m'irait assez bien : je suis français, je suis patriote, je suis attaché à mon pays, au modèle civilisationnel qu'il y représente, y compris dans la période antérieure à 1789 ! Je suis par ailleurs clairement de cette gauche qui n'oublie pas la Nation. L'histoire de France est indivisible à mes yeux, et ses racines sont bien plus lointaines que la Révolution française. Cela dit, j'ai toujours expliqué que l'Action française ne se résumait pas aux gens tombés dans la collaboration pro-nazie, que Maurras avait condamnés, et qui avaient condamné Maurras. D'ailleurs, on redécouvre le rôle des militants d'Action française dans la Résistance. Toute l'AF ne tient pas dans la dérive idéologique de Brasillach, Rebatet et quelques autres. Maurras fait partie du patrimoine intellectuel français. Mais comme toujours, comme dans la pensée de tous les auteurs – y compris Voltaire –, on est amené naturellement à retrancher. Sur l'antisémitisme d'État, les choses ont été faites assez clairement, notamment par Boutang, assez tôt après la guerre. Incontestablement, on peut tout dire de Maurras, sauf que c'est un écrivain ou un philosophe insignifiant.

Challenges n'aime pas les royalistes

23 juin 2015

Allez, un peu de polémique ! Une réponse succincte à Bruno Roger-Petit...

Nos confères de Challenges n'aiment pas les royalistes. Leur péché, selon la tribune inquisitoriale publiée aujourd'hui même par Bruno Roger-Petit ? Établir une distinction entre la France et la République.

Il est est vrai que leurs convictions les y condamnent fatalement, de la même façon qu'à l'étranger, des républicains sont bien obligés de dissiper la confusion entretenue par l'histoire entre la monarchie et la Belgique, l'Espagne ou le Royaume-Uni...

Ce péché, donc, Marion Maréchal-Le Pen vient de le confesser. C'est pourquoi, avec elle, selon Bruno Roger-Petit, on serait « bel et bien de retour dans le salon de Maurras, bien loin de la libraire-papeterie de Poujade ou de la tombe du général à Colombey-les-deux-Églises » – comme si celui-ci n'avait pas été influencé par l'Action française...

Or, cette distinction établie entre la France et la République, ce serait « un cri de ralliement lancé à ce que l'extrême droite française a toujours produit de pire depuis deux siècles ». Charles Maurras, mais aussi Pierre Boutang, Thierry Ardisson, Stéphane Bern ou Steevy Boulay, par exemple, sans parler du colonel Rémy ou d'Honoré d'Estienne d'Orves : des gens aux idées « pires » que celles d'Henry Coston, Édouard Drumont, Joseph Arthur de Gobineau, etc. ?

Ah, les goûts et les couleurs !

NB – Marion Maréchal-Le Pen prétend ne pas comprendre pourquoi la "République " a tellement la cote. De notre point de vue, la réponse est simple : c'est à cause de l'islam ! La hantise qu'il inspire s'abrite derrière la paravent de la laïcité, qui est censée être consubstantielle à la République, mais dont l'invocation contribue manifestement à en exclure un nombre croissant de nos compatriotes...

Critique du choc des civilisations

27 février 2015

Un article publié par U235 explique pourquoi cette notion est « une absurdité scientifique ».

Le "choc des civilisations" hante les esprits. « Pourtant », explique Olivier Schmitt, « pour les spécialistes de relations internationales, il s'agit d'un concept zombie, qui a été disqualifié de multiples fois théoriquement et empiriquement, mais qui refuse manifestement de mourir ». Aussi l'auteur de cet article se propose-t-il d'« expliquer patiemment pourquoi la notion est une absurdité scientifique ».

Au passage, il égratigne un africaniste bien connu des militants et sympathisants d'Action française : « Du fait du caractère malléable des identités », écrit-il, « toute explication des conflits sur cette base (comme par exemple les arguments de Bernard Lugan sur l'Afrique) est une absurdité. Le fait que certains éléments du monde musulman aient décidé de rentrer en conflit avec des pays occidentaux ne peut pas être réduit à une logique d'affrontement ontologique entre identités religieuses-civilisationnelles-culturelles, mais doit être remis dans le contexte d'un affrontement de projets politiques. Car c'est bien là la faiblesse des explications culturalistes des conflits : en se focalisant sur le facteur culturel-identitaire comme cause, souvent par racisme non avoué, elles sont aveugles aux logiques politiques conduisant au conflit lui-même. Manipulable, l'identité est un enjeu d'un conflit, elle n'en est jamais la cause, qui est toujours politique. » Politique d'abord, donc. Bernard Lugan se verrait-il reprocher de ne pas être suffisamment maurrassien ?

« Au final », conclut Olivier Schmitt, « la persistance du concept de "choc des civilisations", en dépit de ses multiples réfutations, est révélatrice de la difficulté à penser la complexité des interactions sociales, au sein du cadre national ou dans les relations internationales. » Voilà qui nous renvoie plus ou moins à notre marotte conspirationniste...

L'Action française, féministe avant l'heure ?

5 mars 2014
Article publié dans L'Action Française 2000

L'Action française d'avant-guerre n'était pas fermée aux femmes. Bien au contraire, certaines la rejoignaient précisément pour combattre une République misogyne, comme l'explique le travail d'une étudiante en histoire à l'IEP de Paris.

Tous les domaines se prêtent aux "études de genre" – y compris l'histoire de l'Action française, susceptible d'illustrer le parcours de « femmes outsiders en politique », selon le titre d'un ouvrage paru l'été dernier (en 2013). Camille Cleret y consacre un article à « l'engagement féminin d'Action française ». Depuis toujours, souligne-t-elle, « la signification politique de l'engagement féminin d'Action française fut inévitablement contestée et caricaturée » : « qualifiées alternativement de "duchesses douairières", ou de "demoiselles à dot" », les militantes d'AF « étaient systématiquement jugées avec mépris par les adversaires de la ligue ». Or, « initialement et officiellement cantonnées dans la sphère des activités charitables, ces militantes surent se réapproprier le "politique d'abord", mot d'ordre de l'Action française, afin d'acquérir un rôle et, pour certaines d'entre elles, des responsabilités au sein de cette formation ».

Ligue féminine

Les femmes désireuses de s'engager à l'Action française étaient appelées à rejoindre une structure spécifique, l'Association des dames et des jeunes filles royalistes, héritière d'une ligue féminine indépendante, la Ligue royaliste des dames. « Née en 1904 de l'opposition aux mesures touchant alors les congrégations religieuses », celle-ci « se distinguait cependant d'autres formations féminines fondées dans le même contexte en raison de la priorité conférée, dès ses origines, au combat politique sur le combat religieux ». Cette préoccupation se traduisait dans l'orientation donnée aux "œuvres sociales royalistes", qui occupaient « une place prépondérante dans la vie de ces femmes ». « Ventes et fêtes de charité, arbres de Noël, distribution de layettes, de nourriture et de vêtements, colonies de vacances : ces activités de bienfaisance mentionnées dans les colonnes du quotidien s'inscrivent dans la lignée des œuvres de charité pratiquées depuis des siècles par les femmes chrétiennes mais impliquent toutefois une finalité politique clairement assumée. » Témoin, l'ouverture d'un "restaurant de charité", conçu, selon ses promoteurs, comme « un centre de propagande ouverte ».

Des « efforts quotidiens » visaient à « "semer" les différents journaux affiliées à l'Action française » : « Telle ligueuse faisait lire L'Action Française à son boulanger, une autre à son bijoutier, la dentiste en faisait la promotion auprès de ses patients, et la modiste auprès de ses clients. Ces femmes "papotaient", pour reprendre l'expression d'Eugen Weber, mais elles papotaient avec détermination, ce qui ne les empêchait d'ailleurs pas occasionnellement de descendre dans la rue pour manifester leur mécontentement. » Au lendemain du 6 février 1934, notamment, « elles se rendirent ainsi à l'école du Louvre pour interrompre une conférence donnée par Mme Caillaux ».

Maurras adulé

Au-delà des structures officielles, « lectrices, sympathisantes, correspondantes, admiratrices participaient à leur manière au rayonnement de la ligue », rapporte Camille Cleret. Ces femmes semblaient « unies par un même engouement – on pourrait même parler de dévotion – envers la figure de Maurras, leur "cher maître" » : « La correspondance de ce dernier laisse clairement transparaître cette ferveur partagée par des femmes aux profils sociologiques et professionnels très dissemblables. » Quelques-unes « appartenaient aux milieux dirigeants de la ligue ». Deux personnalités retiendraient plus particulièrement l'attention « par leur présence dans les archives et dans les rubriques du quotidien » : la marquise de Mac Mahon, « oratrice de talent », fonda la Ligue royaliste des dames ; quant à « l'énergique » Marthe Daudet, alias Pampille, seconde épouse de Léon Daudet, elle devint en 1936 « la propagandiste en chef de l'Action française, tentant alors de centraliser les différents services de propagande de la ligue ».

Paradoxe apparent

« De telles destinées » apparaissent « surprenantes » aux yeux de  Camille Cleret, qui les inscrit « dans le cadre d'une ligue [...] affichant clairement un idéal de virilité ». De son point de vue, la « singularité » du militantisme féminin d'Action française reposerait, précisément, « sur la discordance entre les objectifs réactionnaires de femmes viscéralement attachées à la tradition et la modernité assumée de leurs activités politiques ». S'agit-il vraiment d'un paradoxe ? « Ferventes monarchistes, les ligueuses envisagent la restauration tant attendue comme un vecteur de promotion de la condition féminine visant à redonner aux femmes le rôle politique et social que la Révolution leur avait injustement ôté. » Selon Paul Bourget, il existait même « un féminisme de la tradition », comme il existait « un féminisme de l'anarchie » ! « Mme Pierre Chardon, conférencière d'Action française dans les années 1930, classait ainsi les femmes royalistes dans la mouvance féministe », relève Camille Cleret. « De plus, les militantes d'Action française entretenaient des liens avec des organisations féministes modérées. Suzanne Desternes, par exemple, était à la fois membre du comité directeur de l'Union nationale pour le vote des femmes et conférencière attitrée de l'Action française. » En conséquence, « le modèle féminin promu par l'Action française était [...] assez ambivalent pour être perçu de manière totalement contradictoire par des observateurs extérieurs et par les femmes elles-mêmes ». Ainsi Marie-Thérèse Moreau, présidente de la section féminine des Jeunesses patriotes, refusa-t-elle d'adhérer à la ligue « en raison de sa "mauvaise réputation antiféministe" », tandis que « la journaliste Marthe Borély s'en éloigna après la Première Guerre mondiale en raison des opinions trop peu conservatrices à son goût de Charles Maurras sur cette question ».

Le genre, déjà...

Tout cela témoigne, selon Camille Cleret, « de la relation complexe entretenue par l'Action française avec les femmes et la question du féminisme ». Relation qu'elle se risque toutefois à simplifier ici ou là. Ainsi suggère-t-elle que l'antisémitisme de quelque militante ou sympathisante l'aurait conduite à « s'attribuer, par le discours racial, une position sociale que son statut de femme lui interdirait normalement ». Par ailleurs, en conclusion, l'auteur invite à « renverser le mythe d'une féminité allergique à l'extrême droite et à la xénophobie, mythe qui consiste à essentialiser une nature dite féminine associée à la douceur mais également à la fragilité, à la faiblesse et donc à transformer les femmes en éternelles victimes d'un système patriarcal oppressif ». De telles hypothèses, en l'absence d'un argumentaire nuancé,  nous semblent formulées avec une certaine légèreté.

Cela étant, cette étude prouve que certains débats ne datent pas d'hier. « Les collaborateurs de l'Action française étaient surtout obsédés par le risque de confusion des genres », affirme Camille Cleret, prenant Léon Daudet à témoin : « la femme ne doit pas se faire le singe de l'homme », avait-il prévenu. « La masculinisation de la femme serait un fléau pour notre civilisation et pour elle-même. Car elle y perdrait son ascendant et son prestige. Qu'elle se fasse doctoresse, avocate, suffragette, ministresse, tout ce qu'elle voudra : mais qu'elle reste femme. » L'histoire ne serait-elle qu'un éternel recommencement ?

Christine Bard, Bibia Pavard (dir.), Femmes outsiders en politique, L'Harmattan, 202  pages, 21 euros.

Quand l'Action française dénonçait la jaunisse gaullienne

15 janvier 2014
Article publié dans L'Action Française 2000

En pleine Guerre froide, la reconnaissance par la France de la République populaire de Chine fut mal accueillie par l'Action française.

Dans son numéro du jeudi 23 janvier 1964, Aspects de la France dénonça « une politique dont le seul souci apparent » était « de prendre, en toutes circonstances, le contrepied des États-Unis ». « L'insolence de M. De Gaulle ne fera qu'agacer les Américains et avivera leur désir de prendre ses distances avec un allié de jour en jour plus rétif », était-il déploré dans l'éditorial, signé "AF".

« Nous allons jaunir », se désolait Claude Chavin, prédisant qu'on nous ferait « payer au centuple les coups de boutoir, les crocs-en-jambe et les virages de notre politique extérieure ». Cela dit, nuançait-il, « les fautes » n'étaient « pas que de Paris ». Évoquant la crise du canal de Suez, il rappelait que « les Américains, à leur heure, avaient choisi Nasser ». À ses yeux, le président de la République n'en apparaissait pas moins comme le pendant occidental de Mao, semant la zizanie dans son propre camp. La soif de « grandeur » du général, tout comme sa quête d'« indépendance », lui inspiraient la plus grande circonspection : « Comment ne pas songer en même temps au Second Empire, à Napoléon III, à ses guerres au nom du principe des nationalités [...] tout cela finissant à Sedan  »

Mouvements d'humeur et de vanité

« M. De Gaulle sait fort bien qu'en piquant le colosse américain [...] il touche la fibre cocardière qui existe au cœur des Français », lisait-on encore à la "une" du journal : « La France, voyons, est une nation majeure, indépendante, qui ne veut être à la remorque d'aucune autre, si puissante soit-elle... Hélas, le mot a trop servi pour avoir gardé quelque vertu, surtout, comme l'écrit l'éditorialiste du Bulletin de Paris, "lorsqu'il s'agit d'une nation qui, comme nous, peut être en très peu de quarts d'heure à peu près anéantie par les fusées soviétiques et qui ne doit son existence qu'au bouclier américain". »

Alors que Paris venait de larguer l'Algérie, l'AF ne manifestait pas la moindre complaisance à l'égard du chef de l'État : « Le vrai courage », écrivaient nos prédécesseurs, « celui qui n'ignore pas les réalités, c'est le chancelier Erhard qui l'a eu, lorsqu'il a reconnu que l'Allemagne n'avait pas à rougir d'être protégée militairement par l'Amérique puisque cette protection est la garantie suprême de son existence. Nous ne croyons pas à l'habileté d'une politique qui, hier, amputait le territoire national de quinze départements et qui nous conduit aujourd'hui aux pires aventures. Nous nous refusons à confondre le courage et l'honneur avec des mouvements d'humeur et de vanité. » Dans quelle mesure les temps ont-ils vraiment changé ?

Des médias et du Printemps français

24 mai 2013

Le ministère de l'Intérieur envisagerait, parait-il, une interdiction du Printemps français. À l'origine de cette annonce : des supputations médiatiques nullement vérifiées.

Ce matin, vendredi 24 mai 2013, Manuel Valls était l'invité de Raphaëlle Duchemin  sur France Info. À cette occasion, notre consœur l'a interrogé sur les menaces qui pèseraient sur Frigide Barjot, à l'approche d'une nouvelle manifestation contre le "mariage homo", sollicitant, par ailleurs, sa réaction à la lecture d'un communiqué du Printemps français – un appel à la « résistance » rédigé selon des termes pour le moins virulents.

En réponse, le ministre de l'Intérieur s'est insurgé contre « toute menace de mort, toute menace de haine », stigmatisant « des groupes radicaux, d'extrême droite », sans jamais en citer aucun. Il n'en aurait pas moins « évoqué une possible interdiction du "Printemps français" », selon le site Internet de France Info.

Un "chapeau" étant par nature racoleur, il n'y a rien de choquant à ce que les propos de Manuel Valls y soient quelque peu extrapolés. On se désole, en revanche, de la passivité moutonnière de nos confrères : qu'il s'agisse de L'Express, du Figaro, du Huffington Post, de Libération ou du Monde, entre autres exemples, tous ont repris l'accroche de France Info. Naturellement, le Centre royaliste d'Action française n'a pas manqué de s'engouffrer dans la brèche, dénonçant « un nouveau pas dans l'instauration d'un État policier » - c'est de bonne guerre ! 

En tout cas, cela donne à réfléchir sur notre propre métier : que pèsent la rigueur et l'esprit critique des journalistes face à l'effet boule de neige ? 

Autour du "politique d'abord"

15 septembre 2011
Article publié dans L'Action Française 2000

À la faveur de la crise, une formule chère à l'AF se trouve remise à l'honneur. À tort ou a raison ? Le débat est ouvert.

Commentant sur son blog un éditorial de Libération, où Nicolas Demorand appelait à « réarmer le pouvoir politique » contre l'influence des marchés financiers, Jean-Philippe Chauvin l'a jugé « maurrassien ». Lecteur d'une presse moins consensuelle, Aristide Leucate n'en retient pas moins des considérations du même ordre. Dans L'Action Française 2000 du 1er septembre, il a relevé cette citation d'un confrère vaudois : « C'est à l'État [...] qu'il appartient de cadrer (et non de régenter dans le détail) l'activité économique, pour s'assurer qu'elle reste au service du bien commun. » Suivait la reprise d'une formule chère à l'AF : « Politique d'abord ! »

Monétiser la dette

Ces propos feraient l'unanimité s'ils n'étaient éclairés par ceux de Marine Le Pen, pointant « notre dépendance de plus en plus forte vis-à-vis des marchés ». « Parce que c'est à eux exclusivement qu'on peut emprunter, parce qu'ils ont un monopole et qu'ils peuvent nous imposer leurs conditions, nous imposer des taux d'intérêt élevés », l'État devrait « reprendre le contrôle de la politique monétaire, de la politique budgétaire et de son financement », soutient l'égérie populiste. Celle-ci vise une réforme remontant à 1973, dénoncée sous le nom de « loi Rotschild » : allusion à la banque éponyme, employeur éphémère de Georges Pompidou, dont celui-ci est accusé d'avoir servi les intérêts devenu président de la République. Par cette loi, l'État avait renoncé à se financer directement auprès de la Banque de France ; depuis lors, il doit compter avec les taux du marché. Ce faisant, il entendait se prémunir des dérives inflationnistes.

Tandis que l'Occident peine à s'extraire de la spirale des déficits, peut-être la perspective de monétiser la dette mérite-t-elle d'être débattue. Mais en gardant à l'esprit qu'« il n'y a pas de repas gratuit », selon l'expression popularisée par Milton Friedman. Autrement dit, tout se paie d'une façon ou d'une autre. Or, le coût s'avère d'autant plus élevé que l'on s'entête à faire abstraction des forces à l'œuvre dans le système économique. « Ce qui ne peut pas être refuse d'être », martelait Charles Maurras dans La Politique naturelle. « Ce qui doit être, ce que produit l'antécédent qu'on a posé, suit le cours de sa conséquence », poursuivait-il, déplorant les méfaits des « volontés mirifiques » : « On annonçait l'abondance : il faut rogner la monnaie. Les salaires ont monté, mais les prix aussi ; il faut que les salaires montent encore : comment monteront-ils si l'on n'a plus d'argent pour les payer ? » Les proclamations selon lesquelles « la politique de la France ne se fait pas à la corbeille », l'affirmation désinvolte que « l'intendance suivra », les gargarismes en faveur d'un « parti des politiques » sont autant d'incantations procédant d'une conviction morale : la politique apparaît plus noble que les activités économiques et financières, puisqu'on lui prête, à tort ou à raison, la seule ambition de servir le bien commun. De cela devrait découler une organisation sociale retranscrivant formellement cette hiérarchie : « politique d'abord », nous dit-on. Or, si l'on s'en tient à Maurras, « quand nous disons "politique d'abord", nous disons la politique la première, la première dans l'ordre du temps, nullement dans l'ordre de la dignité ». Ni dans celui du droit.

Volontarisme

Aussi la formule nous paraît-elle galvaudée. Et même dévoyée, étant donné qu'elle participe d'un volontarisme aux antipodes de l'empirisme cher à l'AF : on nous promet de reconstruire la société sur la base d'une abstraction, à la façon des révolutionnaires envisageant le découpage administratif de la France suivant des formes géométriques tracées au sommet de l'État. Dans ces conditions, comment s'étonner que soit survenue la crise des subprimes ? « La lune ! On n'a qu'à demander la lune », clamait Maurras. « Des mains dociles iront la cueillir dans le ciel », comme d'autres, responsables politiques en tête, ont annoncé aux ménages américains qu'ils pourraient se porter acquéreurs de leur logement quel que soit leur niveau de revenus. « Mais, peu à peu, les évidences se font jour. »

Justifiant la baisse d'un cran de la note souveraine des États-Unis, Standard & Poor's a invoqué « la profonde division politique » observée outre-Atlantique. Cela « mène à une impasse et a empêché un règlement réel du problème de la dérive budgétaire fédérale », selon Jean-Michel Six, le chef économiste Europe de l'agence de notation, interrogé par Les Échos. Sur le Vieux-Continent, les calculs politiciens nourrissent la cacophonie diplomatique, rendant d'autant plus hasardeux le rétablissement de la confiance. Preuve que, dans son acception maurrassienne, le "politique d'abord" demeure d'actualité. Ne nous y trompons pas : fustiger les agences de rating, les traders et autres spéculateurs, c'est témoigner d'une sollicitude déplacée à l'égard du personnel politique, que l'on dédouane de ses responsabilités par la désignation d'un bouc émissaire.

La France compte suffisamment de démagogues s'attaquant aux magnats du capitalisme, ennemis à bien des égards imaginaires, tant doit être relativisé le poids des individus et de leur cupidité dans le système financier. Derrière les fonds de pension, n'y a-t-il pas de modestes retraités ? Les royalistes ont mieux à faire que de noyer leurs voix parmi celles des néo-marxistes au discours convenu. Dans ce contexte, il leur appartient plutôt de dénoncer l'accumulation des déficits aux dépens des générations futures, une fiscalité rendue illisible par les atermoiements politiciens, l'interférence des calendriers électoraux dans les négociations internationales... Autrement dit, l'incurie républicaine – celle des institutions. Politique d'abord !