De Bourlanges à Maurras

3 juin 2017
Article publié dans L'Action Française 2000

Qu'elle soit légitime ou non, force est de constater que la défiance suscitée par le Brexit nourrit la critique de la démocratie.

Le vote en faveur du Brexit a mis Londres dans l'embarras, suscitant les railleries de Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne : « ce que je ne comprends pas », avait-il déclaré au lendemain du référendum, le 28 juin 2016, « c'est que ceux qui voulaient quitter l'UE sont incapables de nous dire ce qu'ils veulent » ; « je pensais […] qu'ils avaient un plan, un projet, une vision globale, mais ce n'est pas le cas ». Depuis, un livre blanc a certes été publié afin de tracer quelques perspectives ; mais « pour compter soixante-dix-sept pages », ce document « n'en forme pas moins un ensemble particulièrement creux et indigent », selon l'analyse de Jean-Louis Bourlanges publiée sur Telos.

Le peuple, vraiment ?

Force est de le constater : la construction européenne met la démocratie à l'épreuve. Du moins la défiance suscitée par l'annonce du Brexit contribue-t-elle à relativiser l'attachement que lui témoignent les détracteurs d'une sortie de l'Union européenne, à l'image d'Anthony Grayling, professeur de philosophie : « les 51,9 % qui ont voté pour la sortie de l'UE représentent 37 % de l'électorat total, et environ 26 % de la population totale », souligne-t-il dans un entretien à Euractiv ; « quand les gens utilisent des expressions comme "le peuple a parlé" ou "les Britanniques ont voté pour la sortie de l'UE" », poursuit-il, « cela n'a pas de sens ». Jean-Louis Bourlanges n'est pas en reste, tandis qu'il vante « la supériorité de la procédure parlementaire, à la fois souple et éclairée, sur la brutalité rigide et manichéenne du référendum » : « compétence et implication personnelles des décideurs, pluralité et non pas dualité des options à prendre en compte, flexibilité et réversibilité du processus décisionnel, aptitude de celui-ci à nourrir la négociation et à fabriquer des compromis » sont autant de qualités qu'il attribue à la sagesse des parlementaires – comme si ceux-ci constituaient une sorte d'aristocratie républicaine…

Il ne reste qu'un pas à franchir pour s'attaquer non pus à la démocratie référendaire, mais à la démocratie elle-même – ce dont Charles Maurras ne se privait pas, lui opposant les bienfaits de la monarchie. C'est en ces termes qu'il évoque le roi dans Mes Idées politiques : « Sa valeur, la valeur d'un homme, est incomparablement supérieure à celle de la résultante mécanique des forces, à l'expression d'une différence entre deux totaux. Quoi que vaillent son caractère ou son esprit, encore est il un caractère, un esprit, c'est une conscience, un cœur, une chair d'homme, et sa décision représentera de l'humanité, au lieu que le vote cinq contre deux ou quatre contre trois représente le conflit de cinq ou de quatre forces contre deux ou trois autres forces. Les forces peuvent être, en elles-mêmes, pensantes, mais le vote qui les exprime ne pense pas : par lui-même, il n'est pas une décision, un jugement, un acte cohérent et motivé tel que le développe et l'incarne le Pouvoir personnel d'une autorité consciente, nominative, responsable. Ce pouvoir juge en qualité. Il apprécie les témoignages au lieu de compter les témoins. Bien ou mal, c'est ainsi qu'il procède, et ce procédé est supérieur en soi au procédé de l'addition et de la soustraction. »

Un pari manqué

« Au total », comme le remarque Élie Cohen, encore sur Telos, « il est frappant de constater que la participation britannique à l'UE s'est jouée sur une opération politique de David Cameron visant à maintenir l'unité de son parti dans la perspective des législatives et que le hard Brexit sera engagé pareillement pour préserver l'unité du Parti après les résultats du référendum de 2016 ». Autrement dit, si le Royaume-Uni tire quelque bénéfice du Brexit, ce sera à la faveur d'un pari manqué. Cela n'est pas à l'honneur de la démocratie.

Alain Minc dans les pas de Charles Maurras

1 juillet 2016

Un billet teinté d'ironie soufflé par le camarade Philippe.

Le vote "leave" l'a donc emporté le 23 juin 2016. « Ce référendum n'est pas la victoire des peuples sur les élites, mais des gens peu formés sur les gens éduqués », a commenté l'inénarrable Alain Minc, suscitant l'indignation de notre confrère Louis Hausalter. Dans la foulée, bien des "réinformateurs" auront dénoncé la condescendance prêtée au Pays légal. Celui-ci serait-il peuplé de nouveaux réactionnaires ?

De fait, les propos d'Alain Minc ne sont pas sans rappeler (dans une certaine mesure, n'est-ce pas ?) ceux tenus jadis par Charles Maurras. Le 28 juin 1941, dans les colonnes de L'Action Française, ce dernier se défendait du « reproche imprévu de mépriser le peuple », tandis qu'il lui refusait « le hochet d'une fausse souveraineté, qu'il ne peut même pas exercer et que l'on ne peut même pas concevoir ». Et d'expliquer : « Nous respectons trop le peuple pour aller lui dire : "Il suffit de compter les voix des incompétents, pour résoudre les questions d'intérêt très général qui exigent de longues années d'étude, de pratique ou de méditation. Il suffit de recueillir et d'additionner les suffrages des premiers venus pour réussir dans les choix les plus délicats." »

« Dire au peuple ce qui n'est pas serait lui manquer de respect », poursuivait-il ; « lui débiter des fables pernicieuses, c'est tantôt le haïr, tantôt le mal aimer » ; « profiter, pour lui faire ce mensonge, de la confiance naïve qu'il a voulu placer en vous, c'est abuser de lui, le trahir et vous dégrader vous-même ». Qu'on se le dise : au moins Alain Minc a-t-il préservé sa dignité !

NB – Les citations sont tirées du Dictionnaire politique et critique.

Déchéance de nationalité : la gauche fidèle à ses idéaux

3 décembre 2015

N'en déplaise à certains socialistes indignés, déchoir des Français de leur nationalité participerait d'une démarche typiquement progressiste.

À l'instant, sur France Info (Les Informés, émission animée par Jean-Mathieu Pernin, 3 décembre 2015), un certain nombre d'intervenants s'étonnent – et même s'émeuvent – qu'un pouvoir socialiste envisage de déchoir de leur nationalité des individus nés français. En effet, un projet de révision de la Constitution devrait être présenté prochainement en ce sens.

François Hollande et son gouvernement ne sont pas animés par des motivations idéologiques, mais politiques : il s'agit de flatter une opinion publique xénophobe, donner l'illusion d'une action résolue contre le terrorisme, couper l'herbe sous le pied de l'opposition, etc. Cependant, n'est-est-ce pas à gauche, un peu plus qu'ailleurs, qu'on nous explique qu'être français, ce serait, précisément, adhérer à des "valeurs", en l'occurrence celles de la République ?

Dans cette perspective, la participation à l'organisation d'un attentat exprimant manifestement leur reniement, c'est tout naturellement qu'elle devrait se traduire, juridiquement, par la déchéance de nationalité. Autrement dit, il s'agirait de prendre acte d'un choix délibéré, en application d'une conception volontariste de la nationalité.

Ce serait donc une mesure progressiste, émancipant l'individu d'un héritage imposé par sa naissance. Tout comme la lutte contre les "stéréotypes" est censée l'affranchir de déterminismes sociaux, voire biologiques, par exemple.

De notre point de vue, cela n'est pas à son honneur, mais force est de le constater : sous la houlette de François Hollande, la gauche demeure fidèle à ses idéaux.

Challenges n'aime pas les royalistes

23 juin 2015

Allez, un peu de polémique ! Une réponse succincte à Bruno Roger-Petit...

Nos confères de Challenges n'aiment pas les royalistes. Leur péché, selon la tribune inquisitoriale publiée aujourd'hui même par Bruno Roger-Petit ? Établir une distinction entre la France et la République.

Il est est vrai que leurs convictions les y condamnent fatalement, de la même façon qu'à l'étranger, des républicains sont bien obligés de dissiper la confusion entretenue par l'histoire entre la monarchie et la Belgique, l'Espagne ou le Royaume-Uni...

Ce péché, donc, Marion Maréchal-Le Pen vient de le confesser. C'est pourquoi, avec elle, selon Bruno Roger-Petit, on serait « bel et bien de retour dans le salon de Maurras, bien loin de la libraire-papeterie de Poujade ou de la tombe du général à Colombey-les-deux-Églises » – comme si celui-ci n'avait pas été influencé par l'Action française...

Or, cette distinction établie entre la France et la République, ce serait « un cri de ralliement lancé à ce que l'extrême droite française a toujours produit de pire depuis deux siècles ». Charles Maurras, mais aussi Pierre Boutang, Thierry Ardisson, Stéphane Bern ou Steevy Boulay, par exemple, sans parler du colonel Rémy ou d'Honoré d'Estienne d'Orves : des gens aux idées « pires » que celles d'Henry Coston, Édouard Drumont, Joseph Arthur de Gobineau, etc. ?

Ah, les goûts et les couleurs !

NB – Marion Maréchal-Le Pen prétend ne pas comprendre pourquoi la "République " a tellement la cote. De notre point de vue, la réponse est simple : c'est à cause de l'islam ! La hantise qu'il inspire s'abrite derrière la paravent de la laïcité, qui est censée être consubstantielle à la République, mais dont l'invocation contribue manifestement à en exclure un nombre croissant de nos compatriotes...

De la « constitution pour l'Europe » au traité de Lisbonne : la démocratie bafouée ?

4 juin 2015
Article publié dans L'Action Française 2000

Pourquoi la défense de la « souveraineté nationale » conduit à une impasse.

Il y a dix ans, le 29 mai 2005, a été rejetée par référendum la ratification par la France du "traité établissant une constitution pour l'Europe". Reprenant, sous une forme différente, la quasi-totalité de ses dispositions, le traité de Lisbonne n'en est pas moins entré en vigueur quatre ans plus tard, le 1er décembre 2009. La démocratie s'en est-elle trouvée bafouée ?

L'onction populaire dont prétendent se parer les détracteurs de ce texte ne leur confère, en réalité, qu'une légitimité très relative : seuls 37 % des électeurs inscrits ont joint leur voix à à la leur... De fait, la "volonté" prêtée au peuple n'est jamais exprimée que par une fraction de celui-ci. En outre, alors qu'il était candidat à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy n'avait pas caché ses intentions : « débloquer l'Europe institutionnellement, ce sera le sens de ma première initiative européenne si je suis élu », avait-il déclaré le 21 février 2007. « Dans ce but », avait-il annoncé, « je proposerai à nos partenaires de nous mettre d'accord sur un traité simplifié qui reprendra les dispositions du projet de traité constitutionnel. [...] Ce traité [...] sera soumis pour ratification au Parlement. »

Votant en toute connaissance de cause, le peuple aurait-il changé d'avis ? Peut-être n'en a-t-il jamais vraiment exprimé aucun. Comme l'écrivait Charles Maurras, l'issue d'un scrutin n'est que « l'expression d'une différence entre deux totaux » ; les forces à l'œuvre « peuvent être, en elles-mêmes, pensantes, mais le vote qui les exprime ne pense pas : par lui-même, il n'est pas une décision, un jugement, un acte cohérent et motivé tel que le développe et l'incarne le pouvoir personnel d'une autorité consciente, nominative, responsable ».

C'est pourquoi le "déficit démocratique" dont souffrirait l'Union européenne doit être dénoncé avec prudence : à l'origine, ce phénomène traduisait moins l'accroissement des pouvoirs de Bruxelles que celui des gouvernements nationaux aux dépens de leur propre parlement... En outre, c'est précisément au motif qu'il faudrait combler ce déficit que l'équilibre institutionnel de l'Europe a été révisé dans une perspective plus fédérale, au bénéfice du Parlement européen.

C'est dire l'impasse à laquelle conduit la défense de la "souveraineté nationale", au sens où l'entendait Maurras, qui n'en acceptait le principe « ni implicitement, ni explicitement ». Pas de souveraineté sans souverain !

Critique du choc des civilisations

27 février 2015

Un article publié par U235 explique pourquoi cette notion est « une absurdité scientifique ».

Le "choc des civilisations" hante les esprits. « Pourtant », explique Olivier Schmitt, « pour les spécialistes de relations internationales, il s'agit d'un concept zombie, qui a été disqualifié de multiples fois théoriquement et empiriquement, mais qui refuse manifestement de mourir ». Aussi l'auteur de cet article se propose-t-il d'« expliquer patiemment pourquoi la notion est une absurdité scientifique ».

Au passage, il égratigne un africaniste bien connu des militants et sympathisants d'Action française : « Du fait du caractère malléable des identités », écrit-il, « toute explication des conflits sur cette base (comme par exemple les arguments de Bernard Lugan sur l'Afrique) est une absurdité. Le fait que certains éléments du monde musulman aient décidé de rentrer en conflit avec des pays occidentaux ne peut pas être réduit à une logique d'affrontement ontologique entre identités religieuses-civilisationnelles-culturelles, mais doit être remis dans le contexte d'un affrontement de projets politiques. Car c'est bien là la faiblesse des explications culturalistes des conflits : en se focalisant sur le facteur culturel-identitaire comme cause, souvent par racisme non avoué, elles sont aveugles aux logiques politiques conduisant au conflit lui-même. Manipulable, l'identité est un enjeu d'un conflit, elle n'en est jamais la cause, qui est toujours politique. » Politique d'abord, donc. Bernard Lugan se verrait-il reprocher de ne pas être suffisamment maurrassien ?

« Au final », conclut Olivier Schmitt, « la persistance du concept de "choc des civilisations", en dépit de ses multiples réfutations, est révélatrice de la difficulté à penser la complexité des interactions sociales, au sein du cadre national ou dans les relations internationales. » Voilà qui nous renvoie plus ou moins à notre marotte conspirationniste...

Soft power : le droit à l'export

17 décembre 2014
Article publié dans L'Action Française 2000

La première réunion d'un "comité de pilotage sur la stratégie d'influence par le droit" s'est tenue le 3 décembre 2014.

Avocats, notaires, experts comptables et autres juristes seront bientôt conviés à s'y associer, a annoncé le Quai d'Orsay. Dans un avis adopté en septembre, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) avait appelé à mieux coordonner les acteurs concernés. Selon son rapporteur, David Gordon-Krief, « l'enjeu pour la France est de mettre en avant les atouts de l'adoption de notre système de droit continental sur différents segments » : partenariats publics-privés, propriété, protection des données personnelles... À cet égard, précise-t-il, « le CESE juge essentiel d'accorder une meilleure place à l'assistance juridique dans les programmes d'aides au développement ». À titre d'exemple, déplore-t-il, « le nombre d'experts juridiques français mobilisés au plan international est passé de 2 463 en 2001 à 574 en 2014 ».

Paradoxe français

Schématiquement, explique-t-il, « la jurisprudence est la source naturelle du droit dans les systèmes issus de la Common Law [...], alors qu'elle est, du moins d'un point de vue conceptuel, une source "secondaire" du système continental ». Sécurité, fiabilité et prévisibilité caractériseraient le droit continental. Cela étant, bien qu'il s'inscrive dans cette tradition, le droit français ne serait « pas exempt de défauts », au point qu'il serait « devenu moins stable que celui des pays de la Common Law » – un paradoxe. La compétitivité de l'économie nationale s'en trouve dégradée, à l'heure où « certains justiciables, singulièrement les firmes multinationales, sont [...] en situation de choisir le régime juridique qui gouvernera leur activité ».

En outre, soutient le CESE, « au travers de la diffusion d'éléments de son corpus juridique, la France porte un certain nombre de valeurs et au-delà une certaine vision du monde et de la globalisation ». De fait, le "colbertisme" et ses velléités régulatrices s'accommodent mieux du droit continental. Mais si les libéraux s'en méfient, tous ne le condamnent pas : « un droit codifié ne favorise pas nécessairement l'intervention de l'État&;nsbp», écrit ainsi Philippe Fabry sur Contrepoints ; selon lui, « dans la France d'Ancien Régime, ce fut même le contraire ».

Dialogue de sourds autour du libéralisme

6 septembre 2014

De Charles Maurras à Najat Valaud-Belkacem... D'un libéralisme à l'autre ?

La nomination de Najat Vallaud-Belkacem à l'Éducation nationale serait « la confirmation de la ligne libérale-libertaire » du pouvoir, avons-nous lu récemment sous la plume d'un collègue. Affirmation peu convaincante à nos yeux, étant donné le soutien que notre jeune ministre apporte à l'abolition de la prostitution – et à la proposition de loi censée mettre en œuvre pareille ambition.

La question nous intéresse d'autant plus qu'elle est susceptible d'illustre l'opposition entre « libéralisme et libertés » chère aux lecteurs de Maurras. Selon Mme Vallaud-Belkacem, en effet, garantir aux femmes la liberté de se prostituer, c'est d'abord assurer aux hommes celle de les exploiter, qu'ils soient clients ou proxénètes. « Dans la prostitution », a-t-elle déclaré devant l'Assemblée nationale le 29 novembre 2013. « le consentement à l'acte sexuel est un consentement dans lequel ceux qui ont de quoi payer ont droit à la soumission de ceux qui n'ont d'autre choix ».

Autrement dit, le respect d'une liberté par principe conduirait à l'asservissement dans les faits. C'est apparemment la thèse qui fut soutenue, le mois dernier, lors du camp Maxime Real del Sarte (CMRDS) : « le libéralisme est un cancer, dont le développement conduit à la suppression de toutes les libertés véritables, quand est proclamée une fausse liberté, abstraite et illimitée celle-là », a-t-il été rapporté dans le compte rendu.

À la relecture de Maurras, on imagine que la « liberté abstraite » ainsi stigmatisée doit être celle dont nos démocraties revendiquent l'exclusivité. « Un peuple est présumé libre dès lors qu'il vit en démocratie », expliquait dernièrement Guillaume Nicoulaud, alias Georges Kaplan. Or, de son point de vue – libéral ! –, « ce dont il est ici question, c'est d'une liberté collective qui ne peut se comparer à notre définition de la liberté que si et seulement si tous les citoyens votent d'une seule et même voix. De fait, comme le note Hayek, "un peuple libre en ce sens-là n'est pas nécessairement un peuple d'hommes libres" puisque la volonté arbitraire de uns – typiquement la majorité – peut contraindre la liberté des autres – la minorité. Symétriquement, note l'auteur de la Constitution de la liberté, "il n'est pas nécessaire non plus que quelqu'un ait part à cette liberté collective pour être libre individuellement" ; c'est le cas, typiquement, d'un étranger qui ne dispose pas du droit de vote – et n'a donc pas de "libertés politiques" – mais vit dans un pays où les lois garantissent ses libertés individuelles. » En résumé, « la démocratie, n'en déplaise à celles et ceux qui se paient de ces théories politiques fumeuses qui n'entretiennent avec la réalité qu'un rapport lointain (contrat social, consentement à l'impôt et tutti quanti), n'est en rien garante de nos libertés ».

Bref, tel qu'il est revendiqué par ses partisans contemporains, le libéralisme semble aux antipodes de celui dénoncé par Maurras et ses héritiers. Un dialogue de sourds ?

Le mirage russe

18 avril 2014

Petite pique lancée en direction des adorateurs de Vladimir Poutine.

Au détour d'un article de La Croix, nous apprenons que la pratique religieuse chrétienne serait encore plus faible en Russie qu'en France ! C'est dire combien doivent être tempérés les espoirs des catholiques se tournant vers Moscou. Relayant activement la propagande du Kremlin, les réactionnaires à sa botte ne sont que les idiots utiles du nationalisme russe. De fait, les dénonciateurs les plus virulents du "parti de l'étranger" ne sont pas les moindres de ses représentants... En cause, comme toujours : la complaisance dans la marginalité et l'illusion volontariste qui l'accompagne.

Solidarité avec Najat Vallaud-Belkacem

22 novembre 2013

Mis en cause en raison de ses origines marocaines, le porte parole du gouvernement est victime d'attaques déplacées, procédant d'une conception éminemment idéologique de la nationalité.

Mme Najat Vallaud-Belkacem est-elle la cible d'attaques racistes ? Nos confrères de L'Express le prétendent, rapportant ces propos qu'auraient lancés, à son intention, quelques militants de la Manif pour tous : « Puisque tu l'aimes tant que ça, le mariage pour tous, t'as qu'à le faire dans ton pays ! » Les faits sont  vraisemblables. Nous-même avons été témoin de conversations du même genre. Quitte à les désigner sous une étiquette infamante, cependant, plutôt conviendrait-il de parler de xénophobie. À vrai dire, étant donné son joli sourire - entre autres qualités – nous doutons que le canon porte-parole du gouvernement soit exposé à des quolibets comparables à ceux dirigés contre Mme Taubira.

Entre le Maroc et la France, cela va sans dire, Mme Vallaud-Belkacem devrait choisir. En cas de guerre, de toute façon, n'y serait-elle pas contrainte ? Cette rhétorique manichéenne nous rappelle les dilemmes auxquels nous confronte Pierre Palmade : « Tu préfères avoir des dents en bois ou une jambe en mousse ? [...] Une tête de veau ou deux bras de neuf mètres ? » Autant de questions que tout un chacun se pose tous les jours du matin au soir. En vérité, la suspicion à l'endroit des personnalités affublées d'une double nationalité participe d'un mépris des faits – comme si tout se résumait au droit. Le lien juridique unissant Mme Vallaud-Belkacem au Maroc en obnubile quelques-uns, mais que pèse-t-il comparé à trente ans d'enracinement hexagonal, conforté par un mariage et la naissance de deux enfants ? Il y a quelque chose de piquant à constater le peu de considération accordée aux attaches familiales par ceux-là même qui se targuent, précisément, de défendre "la" famille. Idéologie, quand tu nous tiens...

Qu'importe sa progéniture donc : en premier lieu, Najat Vallaud-Belkacem est priée de renier ses parents. C'est à cette condition, visiblement, qu'elle pourrait, peut-être, mériter sa place au gouvernement. L'assimilation à la nation procéderait non pas d'une histoire, personnelle et plus encore familiale, mais d'une abjuration. D'un acte de pure volonté. C'est à se demander si les réactionnaires ne sont pas les tenants les plus fanatiques du contrat social ! Or, à ce qu'il paraît, renoncer à la nationalité marocaine ne serait pas une sinécure. Cela dépendrait du bon vouloir du roi. Autrement dit, si les Franco-Marocains devaient être bannis du gouvernement français, François Hollande devrait solliciter l'avis de Mohamed VI pour désigner ses ministres. L'Europe n'étant pas en cause, les souverainistes pourraient s'en accommoder. Pas nous. Najat, on est avec toi ! Sauf quand tu joues les ayatollahs de la parité hommes-femmes, mais c'est une autre histoire 😉