Les pneus rechapés survivront-ils à la concurrence chinoise ?

11 juin 2018

Dans une économie appelée à devenir circulaire, les pneus rechapés semblent avoir toute leur place. Boudés par les automobilistes, ils demeurent populaires auprès des transporteurs routiers. Mais il faut compter désormais avec la concurrence des pneus chinois vendus à prix cassé.

Le rechapage a été mis à l'honneur lors d'une conférence organisée à l'initiative du magazine Pneumatique mercredi dernier, 6 juin 2018. Cette activité consiste à remplacer la bande de roulement des pneumatiques, une fois le point d'usure atteint, tout en en conservant la carcasse. Peut-être les automobilistes s'imaginent-ils qu'elle est tombée en désuétude ; il est vrai qu'en France, seule la société Black Star propose encore d'y recourir afin d'équiper des voitures de tourisme. Mais tel n'est pas le cas des transporteurs routiers : en 2017, 40 % des pneus qu'ils ont achetés étaient rechapés.

Depuis cinq ou six ans, ce marché est toutefois ébranlé par la croissance fulgurante des importations en provenance de Chine. L'empire du Milieu casse les prix sur les pneus neufs ! Dans l'Hexagone, mille neuf cents emplois directs seraient en jeu. Le mois dernier, la Commission européenne a érigé des barrières douanières censées rendre cette concurrence plus équitable. « On a une position neutre officiellement, mais pour moi, c'est une bonne nouvelle », s'est réjoui Rodolphe Hamelin, directeur des produits industriels de Bridgestone. La légitimité de ces mesures protectionnistes n'est pas contestée par les professionnels du secteur – au contraire. « Je suis profondément libéral », a déclaré Bruno Muret, représentant du SNCP (Syndicat national du caoutchouc et des polymères) ; cependant, les règles doivent-être les mêmes pour tous, a-t-il expliqué en substance. « Cela aurait dû être fait il y a des années », a renchéri Thierry Dourdet, P-DG de Vulcalor, une entreprise spécialisée dans le rechapage ; toutefois, a-t-il poursuivi, « je préfère qu'on mette en avant ce qu'on est capables de faire ».

« Sans rechapage, on n'a pas de modèle premium »

Des erreurs ont-elles été commises ? « Il y a peut-être de bonnes raisons pour que le pneu chinois s'impose », selon Régis Audugé, directeur général du SPP (Syndicat des professionnels du pneumatique). « On n'a pas su communiquer », a reconnu Thierry Dourdet. Soucieux de rectifier le tir, les syndicats professionnels ont présenté un outil en ligne censé mettre en évidence le « coût total de possession » des pneumatiques. À la différence du prix d'achat, celui-ci serait à l'avantage des pneus "premium" : susceptibles d'être rechapés par deux fois, ces derniers permettraient de couvrir ainsi une distance moyenne 660 000 kilomètres, avec une moindre consommation de carburant – un gage d'économies substantielles.

Ces arguments feront-ils mouche auprès des clients ? Bridgestone en est convaincu. Dans la tourmente, le manufacturier a tenu à soutenir son activité de rechapage, quitte à en sacrifier momentanément les marges. Depuis 2015, il propose une garantie sur la « rechapabilité » des pneus destinés aux véhicules de chantier : si une carcasse s'avère défectueuse, elle est changée. En outre, l'entreprise a investi afin d'automatiser le processus de rechapage ; productivité et qualité ont été significativement accrues par l'emploi d'un robot baptisé Leonardo. De toute façon, « sans rechapage, on n'a pas de modèle premium », a prévenu Rodolphe Hamelin. En tout cas, Thierry Dourdet se montre optimiste : « quelle que soit la situation, on se développera toujours », a-t-il annoncé.

Les syndicats professionnels dénoncent l'inertie des autorités françaises

Il faut dire qu'à ses yeux, les pneus chinois ne valent pas grand-chose : leurs carcasses ne sont bonnes à rien, s'est-il indigné. Il lui semble impossible de leur donner une seconde vie, pas même pour équiper des tracteurs agricoles. Olivier Dusserre, directeur commercial de Doumerc Pneus International, n'est pas du même avis : « il y a des pneus chinois qui sont rechapables », a-t-il souligné. Dans les usines de l'empire du Milieu, « il y a forcément à boire et à manger », a nuancé Bruno Mazzacurati, directeur général de Dipropneu. « Dans les pneumatiques chinois, il y a des mauvais et il y a des bons », a confirmé Pascal Audebert, directeur général de Profil Plus.

Cela étant, comme l'a rappelé Olivier Dusserre, « on a vu arriver sur le marché français des pneus qui n'étaient pas aux normes ». À ce sujet, Bruno Muret a dénoncé l'inertie des autorité françaises, qui auraient manqué de vigilance quant au respect du règlement Reach adopté sous l'égide de l'Union européenne : « on a eu beaucoup de mal à ce que les Douanes fassent leur boulot », a-t-il rapporté. Des difficultés similaires auraient été rencontrées avec la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), qui aurait traîné avant de veiller au bon étiquetage des produits.

La voiture électrique met tout le monde à poil !

Selon Dominique Stempfel, directeur communication et développement d'Allopneus, « il n'y a plus de mauvais pneus qui circulent sur le marché français ». Certains produits sont certes de moindre qualité ; mais il sont aussi moins chers ! Cela répond à une demande qui ne saurait être ignorée. « Le segment "budget" a toujours existé », a rappelé Dominique Stempfel. Jadis, il était d'ailleurs occupé… par les pneus rechapés ! Ceux-ci présentent désormais de bien meilleures performances. Un « saut qualitatif » a été franchi « au prix d'un assainissement de la profession », a constaté Bruno Muret ; la qualité des pneus rechapé est aujourd'hui comparable à celle des pneus neufs, a-t-il assuré. La réutilisation des carcasses répond, de plus, aux attentes de la société : le rechapage constitue « un maillon important de l'économie circulaire » ; en cela, a-t-il martelé, c'est « une excellente illustration de ce que prônent nos pouvoirs publics ».

Les menaces qui planent aujourd'hui sur les vieux manufacturiers s'abattront-elles demain sur les constructeurs automobiles les plus renommés ? « Les voitures ne voyagent pas autant que les pneumatiques », a souligné Bernard Jullien, économiste, maître de conférences à l'université de Bordeaux. L'inquiétude n'en est pas moins légitime : les constructeurs ont multiplié les partenariats dans l'empire du Milieu, mais « l'équilibre des pouvoirs dans les joint-ventures est en train de changer », a-t-il constaté ; autrement dit, les Chinois prennent le contrôle. Depuis quatre ans, la « sinisation » est en marche, a-t-il expliqué. Parallèlement, Pékin canalise l'automobilisation du pays, afin de préserver les terres agricoles ; en outre, il promeut les investissements à l'étranger et pousse au déclin du moteur thermique dans l'espoir de rebattre les cartes au profit de sa propre industrie : « sur l'électrique, tout le monde est à poil », s'est exclamé Bernard Jullien. Nous sommes prévenus.

L'animateur-philosophe, la philosophe-militante et l'obsolescence programmée

4 juin 2018

Lecture critique d'un article signé par une philosophe-militante, censé expliquer la logique à l'œuvre dans une stratégie d'obsolescence programmée déployée à grande échelle.

Ce sont les aléas du métier : Raphaël Enthoven s'est fait planter. Vendredi dernier, 1er juin 2018, alors qu'il s'apprêtait à enregistrer une émission pour Arte, l'animateur-philosophe a dû faire face à la défection d'un participant. En la personne de Jeanne Guien, il croyait avoir invité une philosophe ; mais c'est une militante qui lui a fait faux bond – et qui, surtout, a tenu à le faire savoir. « Immaturité du mouvement étudiant, misandrie des féministes, paresse des abstentionnistes, communautarisme des antiracistes ou encore antisémitisme des antisionistes : il n'est pas un seul des partis pris les plus réducteurs et abêtissants de la droite décomplexée auquel vous ne vous empressiez d'apporter votre soutien », lui a-t-elle reproché dans une lettre ouverte publiée sur Mediapart.

Cela étant, si nous avons eu vent de cette polémique, c'est parce que Jeanne Guien travaille sur un sujet qui nous intéresse : « la réduction de la durée de vie des objets ». Curieux de découvrir comment elle aborde une telle question, nous nous sommes empressé d'arpenter la Toile à la recherche de ses éventuelles publications. Bingo ! Voilà déjà quelques années, elle avait signé un article dans la revue Vivagora, repris par Up Magazine. En introduction, elle propose une définition de « l'obsolescence programmée » : « un procédé technique qui consiste à concevoir un objet en y intégrant le déclenchement de sa panne, de son usure, de sa défaillance définitive » ; dissipant toute confusion, elle précise qu'« il ne s'agit pas seulement de connaître le moment où l'objet deviendra inutilisable […] mais de le générer artificiellement ».

La durée de vie des produits systématiquement limitée ?

Selon Jeanne Guien, « les imprimantes, les ordinateurs, l'électroménager, les téléphones portables ou les lecteurs MP3 […] sont aujourd'hui, pour la plupart, conçus selon ce procédé ; mais aussi de nombreux ustensiles plus communs comme le mobilier, la vaisselle, les ampoules ». Incidemment, elle se montre plus radicale que les militants de l'association HOP (Halte à l'obsolescence programmée), dont la cofondatrice, Laëtitia Vasseur, juge ce phénomène « marginal » (selon la réponse donnée à une question que nous lui avons nous-même posée). Elle se distingue plus encore de Serge Latouche, certes chantre de la décroissance, mais selon lequel « les lobbies industriels […] n'ont pas tout à fait tort de prétendre que l'obsolescence programmée, entendue dans le sens d'un complot ou d'un sabotage, n'existe pas » (citation tirée d'une tribune publiée sur Mediapart au mois de mars). « Si l'usage de ces produits n'est pas "unique", il est artificiellement restreint », martèle Jeanne Guien, « de sorte que la durée de vie de ces produits (le temps durant lequel ils sont utilisables conformément à leur fin, et efficaces comme tel) peut être dite systématiquement limitée ».

Dans son article, elle se garde bien d'étayer ses accusations. Il est vrai que l'exercice eût été difficile, aucun cas délictueux d'obsolescence programmée n'ayant jamais été avéré. Cela en dépit des soupçons régulièrement colportés par des « médias dominants » dont notre philosophe-militante semble pourtant se méfier… Récemment, ces derniers se sont tout particulièrement illustrés en véhiculant des fantasmes à propos des collants. Un seul exemple nous est donné par Jeanne Guien : « Apple a ainsi fait l'objet d'un procès (s'achevant sur un accord à l'amiable…) pour avoir conçu les batteries de ses Ipod selon la technique de l'obsolescence programmée (celles-ci se révélant défaillantes au bout de dix-huit mois). »

Le fantasme d'une économie sous contrôle

Un « procès » s'est-il vraiment tenu à ce sujet ? Nous n'en sommes pas certain, mais nous ne l'avons pas vérifié. Quoi qu'il en soit, la procédure s'est effectivement conclue non par une condamnation d'Apple, mais par un accord avec ses clients qui s'estimaient lésés. À notre connaissance, cependant, la conception des batteries n'était pas en cause. Cela n'aurait eu aucun sens : en dépit des recherches en cours et des progrès d'ores et déjà accomplis, nul ne sait encore produire des batteries inusables ; la technologie nécessaire nous est encore inconnue ! Plus exactement, c'est l'intégration des batteries qui a suscité la polémique, celles-ci étant, paraît-il, impossibles à changer. Simple nuance ? Peut-être. Mais puisque Jeanne Guien prétend être attachée à « la définition et la conceptualisation rigoureuses », nous la prenons au mot ! Reste surtout qu'en l'espèce, l'obsolescence programmée, telle qu'elle la définit elle-même, n'est pas démontrée. En effet, qu'en est-il des arbitrages ayant présidé à la conception du produit incriminé ? Peut-être la priorité a-t-elle été donnée à la baisse des coûts ou bien au design aux dépens de la durabilité, par exemple ; le cas échéant, il ne s'agirait pas d'un sabotage délibéré.

« L'obsolescence programmée permet […] de s'assurer du renouvellement de la demande, de réamorcer un cycle de vie du produit, a priori à l'infini », explique Jeanne Guien. Et de poursuivre : « En faisant advenir de manière prévisible (et prévue) la défaillance de l'objet, elle permet d'organiser ce renouvellement ; et donc de maîtriser, de répartir, l'état de la demande. Elle offre ainsi l'espoir d'un marché toujours ouvert et dynamique ; surtout, d'un marché maîtrisable en ses phases et ses caprices, c'est-à-dire manipulable en son rythme. Elle ouvre sur une maîtrise a priori de l'écoulement des stocks, grâce à cette mainmise sur le rythme même du marché. […] On atteint là comme un idéal du capitalisme marchand : s'assurer l'écoulement du stock, mais aussi la possibilité d'accélérer et de décélérer cet écoulement, par la réduction ou l'allongement de la durée de vie des objets ; maintenir ou accélérer le taux de croissance, en faisant se succéder les objets, et donc les actes de rachat, de plus en plus vite, au moyen d'une durée de vie de plus en plus restreinte. »

Philosophie, militantisme et complotisme

On nage en plein délire constructiviste, sinon conspirationniste ! Jeanne Guien nous donne l'impression de prêter au capitalisme non pas seulement une logique, mais aussi une volonté. Une volonté à laquelle les acteurs du système économique seraient apparemment contraints de se plier. Pour quelle raison ? La question est éludée. Peut-être s'agit-il de répondre à « la seule exigence de croissance ». Cette préoccupation pourrait éventuellement être celle des pouvoirs publics, à supposer qu'ils négligent les "coûts d'opportunité" mis en lumière notamment par Frédéric Bastiat (sophisme de la vitre cassée) ; les primes à la casse censées accélérer le renouvellement du parc automobile s'inscrivent d'ailleurs dans cette logique. Mais qu'en est-il des entreprises, soumises à la pression de la concurrence ? Celles-ci n'ont aucune assurance que leurs clients leur restent fidèles quand survient la nécessité d'un nouvel achat. Si la possibilité leur est offerte de proposer une garantie plus longue, sans réduire leurs marges ni sacrifier aucune fonctionnalité d'un produit mis en vente, elles cédèront fatalement à la tentation, dans l'espoir des gagner des parts de marché. Ce dont la croissance ne pâtira pas forcément, soit dit en passant. Florent Menegaux, nouveau patron de Michelin, vient de le rappeler dans un entretien accordé à L'Usine nouvelle : « Lorsque nous avons lancé le pneu radial, on a crié au fou ! Les gens pensaient qu'en créant un pneu deux fois plus résistant, on allait diviser le marché par deux. Mais non ! À cette période, la mobilité s'est considérablement accrue. La technologie a permis de développer le marché. »

Cinq ou six ans se sont écoulés depuis la publication de cet article, qui remonte à 2012. Peut-être son auteur a-t-il changé d'avis. Ou peut-être pas… À voir la façon dont elle s'adresse aujourd'hui à Raphaël Enthoven, il semblerait que Jeanne Guien soit loin d'avoir renié ses démons complotistes. Dénonçant la dérision avec laquelle ce dernier a évoqué la rumeur de Tolbiac, elle soutient que « la vérité sur cette affaire n'a toujours pas été faite ». Sans doute ne le sera-t-elle jamais, en effet. « Le blessé de Tolbiac est un pur produit de l'esprit complotiste et, dans une théorie de ce type, aucune page ne se tourne jamais », comme l'expliquait Marylin Maeso sur le site Conspiracy Watch ; « c'est un livre qui se réécrit inlassablement pour plier à toute force le réel à ce qu'il entend démontrer ». C'est vraisemblablement le genre de livre que Jeanne Guien signerait volontiers.

Les collants nourrissent des fantasmes d'obsolescence programmée

30 mai 2018

Lecture critique du rapport présenté par l'association HOP (Halte à l'obsolescence programmée) le 15 mai 2018.

Les collants sont-ils délibérément fragilisés par leurs fabricants, en application d'une politique d'obsolescence programmée ? Un grand nombre de journaux l'ont prétendu dernièrement, dans le sillage de France Info. Le 15 mai 2018, le média public s'était enorgueilli d'être le premier à rendre compte d'un rapport présenté à ce sujet par l'association HOP. La crédulité avec laquelle nos confrères ont rapporté ces accusations ne leur fait pas honneur.

La nostalgie du temps jadis

C'était mieux avant, clament, en substance, les auteurs de ce document. « Dans son étude, l'association prouve que les collants étaient beaucoup plus résistants il y a plusieurs années », croient savoir nos confrères de Sciences et Avenir. « En effet », expliquent les rapporteurs, « de nombreux témoignages confirment la grande robustesse des produits conçus il y a des années ». Les témoignages effectivement mentionnés, assimilés à des preuves dans un magazine réputé scientifique, sont au nombre de deux. Une femme exprime sa satisfaction des collants hérités du temps jadis : « Je n'en achète plus depuis que ma grand-mère m'a donné les siens – qui datent de sa jeunesse, c'est dire leur durée de vie ! » L'autre témoin n'en est pas vraiment un, puisqu'il en cite un autre – en l'occurrence, sa grand-mère : « Mes premiers collants en nylon, c'était formidable. Les collants en soie se filaient pour un oui ou pour un non, alors que le nylon, c'était indestructible (et beau et brillant). » C'est en fait une grand-mère archétypale qui apparaît ici, sans véritable ancrage dans le temps ; nulle précision n'est donnée quant à l'époque où elle vivait.

Concernant les collants vendus aujourd'hui, HOP invoque les résultats d'un sondage que ses militants ont eux-mêmes réalisé. Leurs conclusions ne sont pas inintéressantes, mais cette enquête n'a pas été menée dans les règles de l'art : les quelque trois mille personnes ayant répondu semblent l'avoir fait spontanément, directement auprès de l'association. C'est un peu comme si le Front national avait mis en ligne un questionnaire sur l'immigration sur son propre site Internet… Les auteurs de ce rapport expliquent s'être appuyés également sur « une dizaine d'entretiens et communications avec des experts textile, des vendeurs, des juristes, des fabricants et chimistes ». Au regard des moyens vraisemblablement modestes de cette association, ce n'est peut-être pas si mal ; mais dans l'absolu, cela ne pèse pas grand-chose.

Un complot royaliste !

Aucun historien ne semble avoir été convoqué par les rapporteurs. Pourtant, racontent-ils, « si la famille du Pont de Nemours n'avait pas été royaliste, nous n'en serions pas là ». « En effet », expliquent-ils, « au moment de la Révolution française, Pierre Samuel du Pont de Nemours, fervent soutien du roi de France a, in extremis, sauvé sa tête en s'exilant aux États-Unis ». Ce sont toutefois ses héritiers qui focalisent les critiques : « Dupont de Nemours se serait-il appliqué dans les années 1940 à réviser la formule originale du bas nylon en diminuant les quantités d'additifs protecteurs du tissu afin de réduire leur solidité et d'augmenter la fréquence d'achat ? » « Probablement », répond HOP, sans autre explication. Cette accusation est pourtant réfutée sur Wikipédia : « aucune preuve ne vient appuyer ce changement de formulation », affirment ses contributeurs.

Qu'en est-il à l'heure actuelle? « Le nylon serait-il à dessein fragilisé ? » La question est évidemment posée par les rapporteurs. « En l'état », regrettent-ils, « faute de lanceurs d'alerte, nous ne connaissons pas les quantités et les compositions exactes des intrants chimiques utilisés par les fabricants, informations hautement confidentielles et protégées par le secret industriel, ce qui ne nous permet pas de démontrer l'obsolescence programmée dans le cadre d'une procédure judiciaire ». De leur point de vue, « le doute reste cependant tout à fait légitime ». Pourquoi ? Parce que « de telles pratiques sont possibles ». Tout simplement. L'obsolescence programmée des collants est même jugée « probable étant donné que des additifs chimiques sont présents pour jouer sur la résistance ou la coloration, et que l'omerta reste de mise sur les dosages ». Quel intérêt les industriels auraient-ils à recourir à de telles pratiques ? « Dans un monde concurrentiel, il faut savoir se démarquer, soit par le prix, soit par la qualité – soit les deux », rappellent les militants de l'association HOP, rattrapés par le bon sens. Dès lors, si un fabricant pouvait produire des collants de meilleure qualité pour moins cher, en faisant l'économie des produits chimiques prétendument destinés à les fragiliser, pourquoi s'en priverait-il ? Bien que des talons plats figurent sur la première page du rapport, on nage en plein fantasme !

Les consommateurs arbitrent

Les rapporteurs s'interrogent naïvement : « Au nom de quelle invraisemblable logique, dans un siècle aussi technologique que le nôtre où les voitures sont en passe d'avancer toutes seules et où même les tissus sont intelligents, devrions-nous perdre temps et argent à traiter ce vêtement si quotidien comme un objet rare et précieux ? » Or tout est toujours affaire de compromis, même dans les domaines les plus pointus : l'avion de combat le plus cher au monde, le F-35 produit par Lockheed-Martin, privilégie la furtivité aux dépens de la maniabilité en combat rapproché, par exemple. Paradoxalement, les auteurs du rapport semblent en avoir conscience : « la matière respectueuse de l'environnement qui viendrait remplacer le nylon et l'élasthanne n'existe pas », reconnaissent-ils, « même si des recherches sont en cours – peu concluantes pour l'instant » car « rien pour l'heure ne donne de résultats équivalents à la souplesse et au confort obtenu avec ce mélange nylon-élasthanne, que l'on ne sait pas recycler aujourd'hui pour en refaire du fil ».

« Ce qui, à coup sûr, a fragilisé le collant d'aujourd'hui », admettent-ils, « c'est l'équation impossible entre un prix trop bas, une extrême finesse et la disparition de la fameuse couture ». Une disparition qui répondait à une réelle demande : « enfiler un bas-couture et faire en sorte que celle-ci soit alignée bien droite obligeait, a priori, à pas mal de contorsions », rapportent les militants de l'association HOP. « La plus grande proportion de nos répondants semble vouloir cibler un compromis entre esthétique et qualité avec la tendance des collants semi-opaques », précisent-ils par ailleurs. Autrement dit, ce sont les arbitrages des consommateurs qui sont en cause.

Le beurre et l'argent du beurre

Certes, observent les rapporteurs, « les marques d'entrée de gamme reçoivent des notes de durabilité bien inférieures aux marques premium ». Cependant, déplorent-ils, « aucune offre sur le marché des grandes marques ne semble correspondre aux attentes des consommateurs d'aujourd'hui en matière de durabilité ». Cela n'a rien d'étonnant, puisqu'ils réclament manifestement le beurre et l'argent du beurre. « Nos répondants déclarent dépenser environ 9 euros en moyenne pour une paire de collants. Mais ils seraient prêts à monter jusqu'à 17 euros (presque le double) pour une paire "durable". » Une somme suffisante? Dernièrement, une entreprise américaine, Sheerly Genius, a lancé une opération de financement participatif avec la promesse de proposer des collants à la résistance exemplaire ; au prix annoncé de 65 euros la paire…

Cela étant, d'ores et déjà, « allant de 1 à 80 euros, voire plus, la palette de choix est immense », constate l'association HOP. Mais les clients « ne se tournent pas pour autant massivement vers les collants de meilleure qualité : les parts de marché des marques les plus durables […] restent faibles par rapport à certains mastodontes low cost ». Les rapporteurs expliquent ce phénomène « par une très grande défiance des consommateurs » : de leur point de vue, « le problème n'est pas tant celui du prix, mais de la confiance dans les marques vis-à-vis de la durabilité ». Dans cette perspective, l'écho médiatique donné à leur thèse fantasque d'une obsolescence programmée des collants ne va pas arranger les choses – au contraire.

Combattre l'obsolescence programmée nuit gravement à l'environnement

10 mai 2018

Parler d'obsolescence programmée à tort et à travers, cela détourne les consommateurs de leurs responsabilités. Au risque de provoquer la panne des produits et d'accélérer leur renouvellement…

L'obsolescence programmée a fait l'objet d'un débat organisé à l'Institut d'études politique de Paris, le 3 mai 2018, à l'initiative du Centre de sociologie des organisations, sur lequel nous sommes déjà revenu. Dans son intervention, Dominique Roux-Bauhain, professeur à l'université Reims Champagne-Ardenne, a tenu à dissiper une certaine confusion : l'obsolescence programmée désigne une réduction « délibérée » de la durée de vie des produits, a-t-elle souligné ; en cela, a-t-elle expliqué, elle doit être distinguée de l'obsolescence psychologique ainsi que de l'obsolescence d'après-vente. « Attention à ne pas mettre tout et n'importe quoi sous ce terme », a-t-elle prévenu. « Certes, il y a des cas délictueux » d'obsolescence programmée, a-t-elle concédé – à tort selon nous. Cependant, a-t-elle poursuivi, c'est « l'arbre qui cache la forêt ». De son point de vue, il serait même « dangereux » de donner la priorité à la dénonciation d'un tel phénomène : cela conforterait les consommateurs dans l'idée que leurs produits tombés en panne seraient irréparables.

Des consommateurs paranos

Un visite des réseaux sociaux en ligne le confirme : confrontés au  dysfonctionnement d'un appareil, les internautes, fatalistes, incriminent volontiers l'obsolescence programmée. Le mois dernier, par exemple, sur le forum associé à 60 Millions de consommateurs, le propriétaire d'un smartphone s'est plaint de ne plus pouvoir passer d'appel à l'issue d'une mise à jour logicielle, s'indignant d'emblée d'un cas d'obsolescence programmée. Or, sans doute était-il victime d'un bug, à moins qu'il ait été déboussolé par un changement d'interface (ce dont nous avons nous-même fait l'expérience). Quoi qu'il en soit, peut-être aura-t-il été tenté d'acheter un nouvel appareil, alors qu'un petit bidouillage aurait vraisemblablement suffi à tout remettre en ordre.

De fait, quand une panne survient, « les gens sont globalement incompétents », a constaté Dominique Roux-Bauhain. « Le premier réflexe, c'est jeter », a-t-elle regretté. C'est pourquoi, selon elle, il faudrait « développer des structures de diagnostic ». Plus généralement, sans doute conviendrait-il de rappeler aux consommateurs qu'ils sont libres de leurs choix – tout en les éclairant à ce sujet. Or le fantasme de l'obsolescence programmée les détourne précisément de leurs responsabilités, les réduisant au statut de victimes impuissantes d'une industrie réputée malfaisante.

Personne ne veut des produits durables

Peut-être ce climat de défiance explique-t-il en partie les difficultés que les fabricants rencontrent parfois pour vendre des produits plus robustes. À l'image de Maped, dont les rapporteurs et autres compas de qualité supérieure n'ont pas trouvé leur public, si l'on en croit les responsables de cette entreprise cités par France Info. Peut-être la conviction, ancrée dans l'esprit des gens, que les produits sont sabotés dans les usines explique-t-elle également que les industriels privilégient le design aux dépens du reste, comme on l'observe avec les ordinateurs portables, de plus en plus fins, mais aussi plus difficiles à démonter et dotés d'une mémoire soudée qui sacrifie l'évolutivité.

Par ailleurs, si l'on s'imagine que les produits sont programmés pour tomber en panne, à quoi bon les entretenir ? Or, selon le Gifam, 70 % des pannes de fers à repasser et de cafetières sont dues à l'entartrage, comme le rapportent Thomas Lombès et Bastien Poubeau dans leur étude publiée en 2014 dans le cadre de l'École des mines. La notoriété croissante de l'association Hop ne va pas arranger les choses, bien au contraire. Sa cabale contre Epson en témoigne : alors que l'industriel japonais prétend changer gratuitement le tampon absorbeur de ses imprimantes, ses militants ignorent délibérément cette promesse (dont il faudrait vérifier qu'elle soit bien tenue) ; dans un reportage diffusé sur France 2 le 29 mars, ils entretiennent même la confusion entre la fin de vie d'un appareil et celle d'un consommable ! Il est vrai qu'en installant un pilote pirate, une imprimante équipée d'un tampon prétendument usagé peut tout à fait continuer à fonctionner quelque temps. Tout dépendra en fait des conditions d'utilisation. Mais il faudra compter avec d'éventuelles déconvenues

Maintenance préventive contre obsolescence programmée

« Il y a quelques années j'ai dépanné une imprimante qui faisait de grosses traces à chaque impression, dont le propriétaire avait, un an auparavant, réinitialisé le compteur […] pour permettre de reprendre les impressions », a raconté un internaute, TeoB, dans un commentaire publié en début d'année sur le site LinuxFr.org ; « le tampon était noyé d'encre qui avait débordé et qui tapissait tout le fond de l'imprimante », précisait-il ; « ça m'a pris quelques heures pour tout remettre en état, plus une nuit de séchage », se souvenait-il. On comprend que son intervention se sera avérée plus coûteuse que celle prônée par le fabricant quelques mois plus tôt.

Les accusations proférées contre Apple sont elles aussi perverses : la possibilité d'utiliser un smartphone équipé d'une batterie usagée, au prix d'un  ralentissement, ne devrait-elle pas être préférée à l'obligation d'en changer ? Dans une perspective écologiste, il faudrait assurément se féliciter qu'un tel choix soit proposé aux utilisateurs. En effet, la fabrication d'une batterie n'est pas sans incidence sur l'environnement… Quant aux mises à jour, certes gourmandes en ressources matérielles, il convient plutôt de se réjouir de leur déploiement, le cas échéant. Ce sont les constructeurs qui en font l'économie qui devraient être prioritairement mis en accusation : à quoi bon préserver la réactivité d'origine d'un smartphone si plus aucune application ne peut y être installée ? Dans l'idéal (quoique...), il faudrait certes abolir la loi de Wirth – ou celle de Moore. Mais seules les propriétés de la physique et les limites de la créativité humaine le permettront peut-être un jour. En attendant, c'est un moindre mal.

Obsolescence programmée : aucun cas délictueux n'a jamais été avéré

5 mai 2018

Tout au plus peut-on parler de quelques cas litigieux… Nouveau rebond sur un débat organisé par l'Institut d'études politiques de Paris.

L'obsolescence programmée a fait l'objet d'un débat à Sciences Po jeudi dernier, 3 mai 2018, à l'initiative du Centre de sociologie des organisations. Dans l'ensemble, l'intervention de Dominique Roux-Bauhain, professeur à l'université Reims Champagne-Ardenne, nous a semblé très pertinente (nous y reviendrons). Un détail nous a toutefois chagriné : « certes, il y a des cas délictueux » d'obsolescence programmée, a-t-elle affirmé, sans toutefois les citer ; cependant, a-t-elle poursuivi, c'est « l'arbre qui cache la forêt ». Ne s'agirait-il pas plutôt d'un mirage ?

Le cartel Phoebus : une banale entente sur les prix

Dans un rapport publié il y a un an, en mai 2017, RDC Environnement rappelait que « seuls trois cas identifiés » avaient alors été « confrontés à la justice pour des raisons liées à l'obsolescence programmée ».

Peut-être Dominique Roux-Bauhain pensait-elle au cartel Phoebus qui s'était constitué dans les années vingt. Or, ses membres « ont fait l'objet d'un rapport de la commission britannique anti-trust dénonçant une entente sur les prix, mais réfutant une entente sur la programmation de la durée de vie ». Comme l'expliquent Thomas Lombès et Bastien Poubeau, auteurs d'une étude publiée en 2014 dans le cadre de l'École des mines, « selon les industriels de l'éclairage […], la baisse de la durée de vie des ampoules à mille heures correspondait en fait à un compromis entre baisse de la consommation électrique, économie de matière première et augmentation de la longévité » ; « il ne semble donc pas y avoir de preuves irréfutables de l'existence d'un complot industriel dans ce cas particulier ».

Appel et HP ont préféré s'épargner la mauvaise publicité d'un procès

Plus récemment, comme le rapporte RDC Environnement, « les trois premières générations d'Ipods d'Apple ont fait l'objet d'un recours collectif auprès de la Cour supérieure de Californie ». Il était reproché à la marque à la pomme d'avoir conçu des appareils dont les batteries n'étaient pas remplaçables. Cependant, « l'action juridique intentée s'est soldée par un accord à l'amiable ».

Enfin, « le fabricant des imprimantes HP Inkjet, Hewlett-Packard, a été poursuivi par une association de consommateurs car ses imprimantes indiquaient un niveau d'encre faible alors [que] les cartouches avaient encore de l'encre, ajoutaient de l'encre issue de la cartouche d'encre couleur pour les impressions en noir, signalaient que les cartouches n'avaient plus d'encre et s'arrêtaient de fonctionner alors que les cartouches n'étaient pas vides ». Mais là aussi, « une entente a été trouvée entre les Hewlett-Packard et les plaignants ».

Par conséquent, en toute rigueur, sans doute serait-il plus juste de parler de quelques cas non pas délictueux, mais litigieux. À l'image de ceux faisant actuellement l'objet d'une enquête en France, visant Apple et Epson. Affaire à suivre !

Obsolescence programmée, défaut de conception ou défaillance du fournisseur ?

4 mai 2018

Un lave-linge à la carte-mère défaillante, un téléviseur dont le condensateur lâche après avoir été exposé à la chaleur… Premier rebond sur un débat organisé dernièrement par l'Institut d'études politiques de Paris.

L'obsolescence programmée vient de faire l'objet d'un débat à Sciences Po, à l'initiative du Centre de sociologie des organisations. Au cours de son intervention, Dominique Roux-Bauhain, professeur à l'université Reims Champagne-Ardenne, a rapporté le témoignage d'un contributeur du site Comment réparer. Deux cent quatre vingts personnes auraient pris contact avec lui, confrontées à la panne de leur lave-linge – la même panne rencontrée à chaque fois sur le même machine : placée près du moteur, la carte-mère qui l'équipait s'était souvent montrée défaillante… Selon les points de vue, on y verra un défaut de conception ou bien un sabotage délibéré.

Le téléviseur de tous les fantasmes

Peut-être le rappel d'un précédent pourra-t-il éclairer les jugements. Dans leur rapport publié en 2014 dans le cadre de l'École des mines, Thomas Lombès et Bastien Poubeau avaient rendu compte du cas suivant : « D'après le Simavelec, le Syndicat des industriels de matériels audiovisuels électroniques en France, une inhomogénéité de la qualité de production a été à l'origine d'un défaut de série sur un téléviseur Samsung qui a alimenté la polémique sur l'obsolescence programmée en 2012. Le téléviseur en question a rencontré un tel succès commercial que le fournisseur habituel de condensateurs n'a pas pu suivre la cadence de production. Samsung a dû se tourner vers un autre fabricant de condensateurs dont les produits se sont avérés être de piètre qualité. Le condensateur en question était par ailleurs situé près d'une source de chaleur, ce qui a accéléré son vieillissement. Il est difficile de dire si ce positionnement provient d'une erreur de conception ou si le condensateur initialement utilisé était dimensionné pour résister à cette agression supplémentaire. Les téléviseurs utilisant le condensateur de substitution sont tombés au champ d'honneur par légions. »

« On voit ici que la responsabilité du fabricant peut bien être engagée au titre d'une négligence dans la gestion des achats et de l'assurance qualité mais pas au titre d'une panne programmée dès la conception », écrivaient les élèves ingénieurs. Selon eux, « il ne faut pas se tromper de combat ». Par ailleurs, poursuivaient-ils, « suivre la robustesse des biens qui sortent d'une usine nécessite de suivre au plus près le processus de production ».

De la complexité des relations avec les fournisseurs

Or les relations entre un assembleur et ses fournisseurs peuvent s'avérer complexes : « Valeo nous a par exemple expliqué que les constructeurs automobiles ne lui donnaient pas toujours d'information sur l'emplacement de l'alternateur dans le bloc moteur. Ils se sont aperçus qu'un constructeur le plaçait derrière une roue de telle sorte que l'alternateur était constamment aspergé d'eau en conduite sur sol mouillé. Une telle exigence sur l'étanchéité et la résistance à la corrosion de l'alternateur n'avait pas été envisagée lors de la conception, ce qui a conduit à des problèmes de fiabilité. De la même manière, les collecteurs électriques de l'alternateur s'endommageront plus vite s'il est situé à proximité de l'embrayage qui génère de la poussière qui perturbe le contact électrique. Une coopération étroite entre les acteurs est donc nécessaire pour traiter efficacement la question de la durée de vie. »

Non contents de venir en aide à ceux qui le sollicitaient, le réparateur cité plus haut aurait interpellé d'autres possesseurs du lave-linge incriminé : des personnes ayant mis leur machine en vente sur le Bon coin, dans l'espoir qu'un acheteur serait intéressé pour y prélever des pièces. Ils ignoraient qu'une quarantaine d'euros auraient suffi à remettre leur machine en marche ! Mais c'était déjà trop tard : ils avaient tous investi dans un nouvel appareil. Reste une question à poser – fondamentale : avaient-ils repris une machine de même marque ? Déçus par leur précédent achat, peut-être auront-ils préféré se tourner vers la concurrence. Preuve, le cas échéant, qu'une politique d'obsolescence programmée n'a pas lieu d'être ; parce que ceux qui seraient susceptibles de la mettre en œuvre n'y auraient de toute façon aucun intérêt.

Sciences Po : la consommation engagée contre l'obsolescence programmée ?

4 mai 2018

L'obsolescence programmée vient de faire l'objet d'un débat à Sciences Po, à l'initiative du Centre de sociologie des organisations, en présence de Brune Poirson, secrétaire d'État. Compte-rendu rédigé pour le site Paris Dépêches.

Plusieurs vigiles étaient présents rue Saint-Guillaume ce jeudi matin, 3 mai 2018, à l'entrée de l'Institut d'études politiques de Paris. Mais s'il nous a été demandé de décliner notre identité, celle-ci n'a pas été vérifiée. Les visiteurs étaient priés d'emprunter les escaliers : l'arrivée imminente d'un représentant du Gouvernement justifiait, paraît-il, le blocage de l'ascenseur.

Dans l'amphithéâtre étaient mis en vente quelques exemplaires de l'ouvrage de Sophie Dubuisson-Quellier, sociologue, qui nous a proposé un décryptage de la « consommation engagée » – laquelle constitue, à ses yeux, « un des moteurs du changement social ».

L'arbre qui cache la forêt

Guillaume Duval, éditorialiste à Alternatives économiques, chroniqueur sur France Culture, a raconté avoir lui-même participé à la mise en œuvre d'une politique d'obsolescence programmée. En cause : des lave-glaces conçus, tout comme les véhicules qu'ils équipaient, pour dix ans ou cent mille kilomètres. Apparemment, il a été témoin d'un arbitrage portant sur les coûts et la qualité, et non d'un authentique sabotage. En cela, peut-être a-t-il contribué à entretenir une certaine confusion.

Dominique Roux-Bauhain, professeur à l'université Reims Champagne-Ardenne, aurait pu le lui reprocher. L'obsolescence programmée désigne aujourd'hui une réduction « délibérée » de la durée de vie des produits, a-t-elle souligné. « Attention à ne pas mettre tout et n'importe quoi sous ce terme », a-t-elle prévenu. « Certes, il y a des cas délictueux » d'obsolescence programmée, a-t-elle affirmé, sans toutefois les citer. Cependant, a-t-elle poursuivi, c'est « l'arbre qui cache la forêt ». De son point de vue, il serait même « dangereux » de donner la priorité à la dénonciation de ces pratiques ; le risque serait de conforter les consommateurs dans l'idée que leurs produits seraient irréparables. Confrontés à une panne, « les gens sont globalement incompétents », a-t-elle constaté. « Le premier réflexe, c'est jeter », a-t-elle regretté. C'est pourquoi il faudrait « développer des structures de diagnostic ». Dans cette perspective, la mise en ligne du site Comment réparer a été saluée comme une heureuse initiative. Par ailleurs, Dominique Roux-Bauhain a précisé qu'en application d'un règlement européen (Reach) visant à protéger l'environnement, « les soudures tiennent moins bien » ; preuve, selon elle, que le problème s'avère « bien plus complexe » qu'il n'y paraît.

Un secrétaire d'État dans l'embarras

Laëtitia Vasseur, cofondatrice de l'association HOP (Halte à l'obsolescence programmée) a souligné que l'incertitude planait sur l'application de la loi censée réprimer l'obsolescence programmée ; tout dépendra de l'interprétation plus ou mois large qu'en feront les juges. Interrogée sur la réalité de ce phénomène, elle a concédé qu'il était « marginal » sans toutefois répondre à notre question : dans une économie libre, soumise à la concurrence, les fabricants n'auraient-ils pas intérêt à soigner leur réputation, voire étendre la garantie de leurs produits, plutôt qu'à provoquer leur panne –  cela dans l'espoir de gagner des parts de marché ? Flirtant avec la décroissance, elle a dénoncé « une forme d'aliénation » par la technique. Surtout, a-t-elle martelé, « il ne faut pas donner l'impression que toute la responsabilité repose sur les consommateurs ».

S'agissait-il d'une pique lancée en direction du Gouvernement ? Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, entend « donner au consommateur le moyen de pouvoir choisir ». C'est pourquoi un indice de durée de vie devrait bientôt permettre d'établir des comparaisons quant à la robustesse et la réparabilité des produits. En attendant, la loi sur le secret des affaires réduira-t-elle au silence les hypothétiques lanceurs d'alerte susceptibles de révéler les complots ourdis par les industriels ? Un membre de l'assistance s'en est inquiété. Brune Poirson a reconnu ne pas savoir à quoi il faisait allusion. Les chantiers ne manquent pas, s'est-elle justifiée…

Obsolescence programmée : le Premier ministre évite l'écueil du complotisme

26 avril 2018

Le Gouvernement s'érige en promoteur de l'économie circulaire, sans verser toutefois dans le complotisme cher aux détracteurs d'une prétendue obsolescence programmée ; la belle est dans le camp des consommateurs, explique-t-il en substance.

Lundi dernier, 23 avril 2018, le Premier ministre a présenté une feuille de route pour l'économie circulaire. « il nous faut un jouet neuf tous les jours et nous sommes constamment tenus en haleine par les inventeurs qui nous créent des besoins ridicules », a-t-il dénoncé en introduction de son discours, citant Paul Morand. « On se sépare d'un appareil défectueux sans très bien d'ailleurs savoir ce qu'il va devenir et qui semble finalement parfois en bon état », a-t-il ensuite regretté. « Cette logique-là, qui n'est pas fait de malveillance, il faut la casser », a-t-il martelé.

Une planète en voie d'obsolescence ?

Le chef du Gouvernement serait-il, lui aussi, le détracteur d'une obsolescence programmée fantasmée ? Pas vraiment. « Il y a une obsolescence dont nous sommes convaincu, certain, qu'elle est  programmée, c'est celle de la planète », a-t-il expliqué ; « c'est celle d'un modèle dans lequel on extrait, on fabrique, on vend, on case, on jette – avec d'un côté des mines toujours plus profondes et de l'autre côté des montagnes de déchets qui sont toujours plus hautes ». Ce faisant, Édouard Philippe s'est bien gardé de cautionner l'idée selon laquelle les fabricants comploteraient pour saboter délibérément leurs produits.

Consommer, c'est choisir !

« Il est grand temps [...] de fermer les circuits de production et de consommation », a-t-il annoncé. « La première manière de moins jeter », a-t-il rappelé, « c'est d'acheter robuste » ; « et souvent », s'est-il félicité, « acheter robuste, c'est acheter français, voire européen – mais de préférence français ». « Une autre façon de moins jeter », a-t-il poursuivi, « c'est de consommer un peu moins, de manière plus consciente, plus précautionneuse, parce que l'obsolescence programmée, elle est aussi psychologique ». La balle est dans le camp du pays réel, a-t-il expliqué en substance : « Vous connaissez la formule "gouverner, c'est choisir". Eh bien, consommer, c'est choisir aussi. Et d'une certaine façon, consommer, c'est gouverner un peu aussi. Ce choix du consommateur, il faut le documenter, il faut le faciliter, l'orienter, il faut l'amplifier. Parce qu'il a besoin de l'être. C'est là que nous pouvons intervenir, c'est là que la volonté politique peut commencer à produire des effets. » L'autorité en haut, les libertés en bas ?

Obsolescence programmée : un procès à charge contre Epson élude la responsabilité des consommateurs

10 avril 2018

Commentaire critique d'un reportage diffusé sur France 2. Un article d'abord publié sur Contrepoints le 7 avril 2018.

Poursuivi en justice pour « obsolescence programmée », Epson a d'ores et déjà été condamné par un tribunal médiatique. Dans un numéro d'Envoyé spécial diffusé sur France 2 le 29 mars 2018, les journalistes Anne-Charlotte Hinet et Swanny Thiébaut ont repris avec une étonnante crédulité les accusations assénées par l'association HOP (Halte à l'obsolescence programmée), à l'origine d'une plainte déposée l'année dernière contre l'industriel japonais.

Certains constats rapportés dans cette enquête s'avèrent effectivement troublants : on y découvre qu'une imprimante prétendument inutilisable peut tout à fait sortir plusieurs pages après l'installation d'un pilote pirate ; quant aux cartouches, elles semblent loin d'être vides quand l'utilisateur est appelé à les changer. La preuve n'est-elle pas ainsi faite qu'un complot est ourdi contre des consommateurs aussi malheureux qu'impuissants ?

La musique accompagnant ce reportage, angoissante, laisse entendre qu'un danger planerait sur ceux qui se risqueraient à le dénoncer. On tremble à l'évocation de cet homme qui « a fini par briser le silence » ; quel aura été le prix de sa témérité ? Un passionné d'électronique susceptible d'assister les enquêteurs vit en marge de la société, reclus loin des villes et de leurs menaces : « il a fallu avaler quelques kilomètres en rase campagne pour trouver un expert », racontent les journalistes. Un expert censé décrypter le contenu d'une puce électronique à l'aide d'un tournevis… Succès garanti.

La concurrence met les fabricants sous pression

Les imprimantes incriminées sont vendues autour d'une cinquantaine d'euros. « Le fabricant n'a pas intérêt à avoir des imprimantes de ce prix-là qui soient réparables, sinon il n'en vendra plus », croit savoir l'un des témoins interrogés. Étrange conviction : si un fabricant était en mesure de prolonger la durée de vie de ses produits et d'étendre leur garantie en conséquence, sans en renchérir le coût ni en compromettre les fonctionnalités, n'aurait-il pas intérêt à le faire, dans l'espoir de gagner des parts de marché aux dépens de ses concurrents ?

De toute façon, pour Epson, l'activité la plus lucrative n'est pas là : « autant vendre une imprimante pas chère pour vendre ensuite de l'encre très chère », souligne une autre personne interrogée, cette fois-ci bien inspirée. Il est vrai qu'au fil du temps, les fabricants de cartouches génériques parviennent à contourner les verrous mis en place par Epson et ses homologues pour s'arroger d'éphémères monopoles sur le marché des consommables. Cela étant, même s'il préfère acheter de l'encre à moindre coût, le possesseur d'une imprimante Epson fonctionnelle sera toujours un acheteur potentiel des cartouches de la marque ; ce qu'il ne sera plus, assurément, quand son imprimante sera tombée en panne… Ce constat, frappé du sceau du bon sens, semble avoir échappé aux enquêteurs, qui prétendent pourtant que « les fabricants font tout pour vous faire acheter leurs propres cartouches ». Peut-être cela pourrait-il expliquer l'obligation de changer une cartouche pour utiliser le scanner d'une imprimante multi-fonctions… Mais quelle garantie Epson aurait-il que ses clients lui restent fidèles au moment de renouveler leur matériel dont il aurait lui-même programmé l'obsolescence ? Ils le seront d'autant moins s'ils ont été déçus par leur achat – notamment s'ils jugent que leur imprimante les a lâchés prématurément.

La pertinence d'un stratégie d'obsolescence programmée est donc sujette à caution. Comment, dès lors, expliquer certaines aberrations ? Epson se montre peu prolixe à ce sujet ; sa communication s'avère même calamiteuse ! « Une imprimante est un produit sophistiqué », affirme-t-il dans un communiqué. Pas tellement en fait. Du moins l'électronique embarquée dans un tel appareil n'est-elle pas des plus élaborée. Assistant au dépeçage d'une cartouche, les journalistes ont mimé l'étonnement à la découverte de sa puce : « Surprise ! […] Pas de circuit électrique, rien qui la relie au réservoir d'encre. Elle est juste collée. Comment diable cette puce peut-elle indiquer le niveau d'encre si elle n'est pas en contact avec l'encre ? » Que croyaient-ils trouver dans un consommable au recyclage notoirement aléatoire ? Ou dans un appareil vendu seulement quelques dizaines d'euros ? Quoi qu'en dise Epson, sans doute la consommation de l'encre et l'état du tampon absorbeur sont-ils évalués de façon approximative. Apparemment, le constructeur voit large, très large même ! C'est évidemment regrettable, mais qu'en est-il des alternatives ? Les concurrents d'Epson proposent-ils des solutions techniques plus efficaces sur des produits vendus à prix comparable ? Encore une question qui n'a pas été posée…

Des produits réputés à tort irréparables

Concernant les cartouches, dont l'encre est en partie gaspillée, la malignité prêtée au constructeur reste à démontrer. On n'achète pas une cartouche d'encre comme choisit une brique de lait ni comme on fait un plein d'essence. Si le volume d'encre qu'elle contient est bien mentionné sur l'emballage, cette information n'est pas particulièrement mise en valeur. D'une marque à l'autre, d'ailleurs, elle n'est pas la même ; elle ne constitue pas un repère ni un élément de comparaison. En pratique, on n'achète pas des millilitres d'encre, mais des cartouches de capacité dite standard, ou bien de haute capacité, avec la promesse qu'elles nous permettront d'imprimer un certain nombre de pages. Dans ces conditions, quel intérêt y aurait-il, pour un constructeur, à restreindre la proportion d'encre effectivement utilisée ? Autant réduire le volume présent dans les cartouches ! Pour le consommateur, cela reviendrait au même : il serait condamné à en acheter davantage ; pour l'industriel, en revanche, ce serait évidemment plus intéressant, puisqu'il aurait moins d'encre à produire pour alimenter un nombre identique de cartouches vendues au même prix. Un représentant d'Epson, filmé à son insu, a tenté de l'expliquer au cours du reportage, avec toutefois une extrême maladresse. Les enquêteurs n'ont pas manqué de s'en délecter, prenant un malin plaisir à mettre en scène la dénonciation d'un mensonge éhonté.

Force est de constater qu'ils n'ont pas fait preuve du même zèle pour vérifier les allégations des militants qui les ont inspirés. Quand il juge nécessaire de changer le tampon absorbeur d'une imprimante, Epson en interdit l'usage au motif que l'encre risquerait de se répandre n'importe où. Parmi les utilisateurs d'un pilote pirate permettant de contourner ce blocage, « on a eu aucun cas de personnes qui nous écrivaient pour dire que cela avait débordé », rétorque la représentante de l'association HOP. Pourquoi les journalistes n'ont-ils pas tenté l'expérience de vider quelques cartouches supplémentaires dans ces conditions ? À défaut, peut-être auraient-ils pu arpenter la Toile à la recherche d'un éventuel témoignage. « Il y a quelques années j'ai dépanné une imprimante qui faisait de grosses traces à chaque impression, dont le propriétaire avait, un an auparavant, réinitialisé le compteur […] pour permettre de reprendre les impressions », raconte un internaute, TeoB, dans un commentaire publié le 19 janvier sur le site LinuxFr.org ; « le tampon était noyé d'encre qui avait débordé et qui tapissait tout le fond de l'imprimante », précise-t-il ; « ça m'a pris quelques heures pour tout remettre en état, plus une nuit de séchage », se souvient-il. Dans le cas présent, ce qui passe pour de l'obsolescence programmée pourrait relever en fait de la maintenance préventive… Les journalistes l'ont eux-mêmes rapporté au cours de leur reportage : Epson assure remplacer gratuitement ce fameux tampon ; pourquoi ne l'ont-ils pas sollicité pour évaluer le service proposé ?

Ils ont préféré cautionner l'idée selon laquelle une imprimante affectée par un consommable réputé en fin de vie – à tort ou à raison – devrait être promise à la casse. La confusion à ce sujet est entretenue au cours du reportage par un technicien présenté comme un « spécialiste de l'encre et de la panne ». Les militants de l'association HOP témoignent en cela d'une inconséquence patente : ils pourraient déplorer le discours sibyllin des constructeurs d'imprimantes, dont les manuels d'utilisation ou les messages à l'écran ne semblent pas faire mention des opérations de maintenance gracieuses promises par ailleurs ; mais ils préfèrent entretenir le mythe d'un sabotage délibéré de leurs produits, confortant paradoxalement leurs utilisateurs dans la conviction qu'ils seraient irréparables… Si la balle se trouve parfois dans le camp des industriels, ceux-ci ne manquent pas de la renvoyer aux consommateurs ; encore faut-il que ces derniers s'en saisissent, plutôt que de fuir leurs responsabilités éludées par une théorie complotiste.

Qwant : Astérix contre Google

24 juillet 2017
Article publié dans L'Action Française 2000

Qwant, c'est le petit moteur de recherche qui monte, qui monte. Un concurrent français de Google qui s'honore de respecter la vie privée de ses utilisateurs. Succès garanti ?

Il n'y a pas d'alternative à Google, a-t-on entendu dernièrement à l'antenne de France Info (12 juillet 2017). C'est pourtant loin d'être le cas. Certains de ses concurrents sont même développés en France. C'est le cas d'Exalead, qui a bénéficié du soutien des pouvoirs publics sous la présidence de Jacques Chirac : « face à la croissance exponentielle de l'industrie des moteurs de recherche, il fallait que la France, avec ses partenaires allemands et demain, je l'espère, européens, soit à la hauteur de cet enjeu majeur », avait déclaré le chef de l'État au printemps 2006. Devenu la propriété de Dassault Systèmes, Exalead a poursuivi son chemin en direction des entreprises.

Plus récemment, au printemps 2015, alors qu'il était ministre de l'Économie, Emmanuel Macron avait salué sur Twitter « un Google français en marche » : Qwant, dont l'ambition est effectivement d'« offrir la première alternative européenne crédible face aux grandes plate-formes américaines qui dominent les services sur Internet ». Lancé en 2013 par une société créée deux ans plus tôt, il serait devenu, en 2016, le quatre-vingt-seizième site le plus visité en France. Ses équipes sont installées à Paris, Nice et Rouen. « De soixante environ en ce début 2017, le nombre d'employés devrait passer à cent cinquante en fin d'année et à deux cent cinquante en 2018 », précise L'Usine digitale.

On a testé pour vous

Qu'en es-il à l'usage ? La pertinence des résultats s'avère parfois prise en défaut. Aucun service de cartographie n'est encore intégré : c'est une lacune criante qui devrait être prochainement comblée. Mais on s'y retrouve très bien le plus souvent. Soucieux de « décloisonner les sources d'information et refléter toute la richesse du Web », Qwant propose une interface qui tranche avec le minimalisme de Google : les liens les plus classiques, les actualités mais aussi les résultats tirés des réseaux sociaux y sont présentés sur un pied d'égalité. C'est déroutant. Mais pas inintéressant.

« Né de la vision d'entrepreneurs privés », comme se plaisent à le rappeler ses fondateurs, Qwant a ouvert son capital au groupe allemand Axel Springer ainsi qu'à la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Il bénéficie également du soutien de la Banque européenne d'investissement (BEI), laquelle y voit la preuve de « l'excellente coopération entre institutions publiques et privées, tant au niveau national qu'européen ». L'Éducation nationale promeut elle-même la déclinaison du moteur de recherche destinée aux plus jeunes – une version sécurisée, en quelque sorte, voire bridée… De quoi frustrer les internautes en herbe ? En tout cas, les dizaines de milliers d'ordinateurs mis à la disposition des fonctionnaires ne semblent pas concernés par cette publicité. [En fait, si, certains le sont bel et bien, selon un témoignage recueilli après la rédaction de cet article, mais dans quelles proportions ?]

Servitude volontaire

Le succès grandissant de Qwant se nourrit vraisemblablement de la défiance qu'inspirent les GAFA – à commencer par Google évidemment. Pour affronter ce dernier, Qwant a pactisé avec Microsoft, dont les résultats du moteur de recherche (Bing) pallient parfois ses propres insuffisances en toute transparence. Cela étant, « contrairement aux autres moteurs de recherche », Qwant s'honore de fonctionner « sans collecter de données personnelles de ses utilisateurs ». Concrètement, « il n'y a aucun dispositif de traçage ou cookie permettant d'afficher des publicités selon votre profil ». Par conséquent, « la sélection et l'affichage des publicités s'appuient exclusivement sur les mots clefs de la recherche de l'utilisateur ». Aux dires de ses promoteurs, ce modèle économique serait « efficace sans être intrusif ». D'autres le jugeraient dépassé. Les internautes trancheront ! Parallèlement, la neutralité des résultats leur est garantie : « Qwant ne modifie pas les réponses selon l'internaute. Tous les utilisateurs d'une même région ont les mêmes réponses, ce qui évite d'enfermer les individus dans des bulles de filtres qui les confortent de plus en plus dans leurs opinions […] ou qui leur proposent uniquement les produits adaptés à leur pouvoir d'achat supposé. »

Tant mieux ? C'est bien notre avis. Mais force est de constater que les utilisateurs de Facebook s'en remettent volontiers aux algorithmes développés sous la houlette de Mark Zuckerberg pour ordonner leur fil d'actualité, bien qu'ils n'y soient pas toujours contraints. Par ailleurs, en 2009, les usagers du métro parisien détenteurs d'une carte Navigo standard étaient presque neuf fois plus nombreux que ceux ayant préféré la carte "découverte", censée préserver leur anonymat. Qu'en est-il aujourd'hui ? Aucune réponse ne nous a été apportée par la RATP. Mais il n'est pas certain que ces proportions aient beaucoup évolué. « Les libertés ne s'octroient pas, elles se prennent », est-il souvent rappelé dans les colonnes de L'Action Française 2000. Encore faut-il avoir la volonté de les saisir, fussent-elles à portée de clic.