Star Wars suscite des polémiques rebelles

14 décembre 2016
Article publié dans L'Action Française 2000

Critiqué, avant même sa sortie, par les partisans les plus virulents de Donald Trump, Rogue One – A Star Wars Story semble inspiré par les études de genre et l'apologie de la "diversité".

Alors que Dark Vador vient de faire son retour au cinéma, son ombre plane sur la vie politique américaine. Son nom se trouve régulièrement associé à celui de Donald Trump. Un conseiller du président élu, Steve Bannon, s'est lui-même placé sous son patronage, selon des propos, au demeurant confus, rapportés par le Hollywood Reporter (18 novembre 2016). Cela n'a pas échappé à Christopher Suprundec, grand électeur républicain, qui s'en est offusqué dans le New York Times (5 décembre), tout en annonçant qu'en dépit des usages, il n'accorderait pas sa voix à Donald Trump. C'était quelques jours avant la sortie de Rogue One, le nouveau Star Wars, ce mercredi 14 décembre 2016 en France. « Je n'emmènerai pas mes enfants le voir pour célébrer le mal, mais pour leur montrer que la lumière peut en triompher », a-t-il expliqué. Chris Weitz, coscénariste du film, s'est risqué lui aussi à galvaniser la résistance au trublion républicain. Sur Twitter, le 11 novembre, détournant le logo de l'Alliance rebelle, il lui a associé le slogan suivant : « La Guerre des étoiles contre la haine ». À ses yeux, « l'Empire est une organisation de suprématistes blancs ». À laquelle s'oppose, selon son collègue Gary Whitta, « un groupe multiculturel mené par une femme courageuse » – les héros de Rogue One. Les partisans les plus virulents de Donald Trump, affiliés au mouvement Alt-Right, ne s'y sont pas trompés : ils appellent au boycott du film. Aussi Bob Iger, P-DG de la Walt Disney Company, propriétaire de Lucasfilm, a-t-il tenté d'éteindre l'incendie : « en aucune façon, il ne s'agit d'un film politique », a-t-il déclaré à nos confrères du Hollywood Reporter (12 décembre).

Revendications féministes

Kathleen Kennedy, productrice, présidente de Lucasfilm, n'en revendique pas moins un certain engagement. Tout particulièrement vis-à-vis des femmes : « j'espère que nous avons une influence sur la façon dont elles sont vues tant dans les divertissements que dans l'industrie hollywoodienne », a-t-elle déclaré, comme le rapporte 20 Minutes (5 décembre). Les études de genre semblent avoir influencé l'écriture du rôle principal de Rogue One. Celui-ci n'aurait pas été conçu pour un homme ou pour une femme, au dire du réalisateur, Gareth Edwards ; « Jyn est une personne qui se trouve être une fille », a-t-il expliqué dans un entretien à Vulture (9 décembre). Échafaudant les théories les plus fantaisistes, certains fans s'imaginent d'ailleurs que Rey, l'héroïne du Réveil de la Force (un autre épisode de la saga), serait la réincarnation d'Anakin Skywalker… Quoi qu'il en soit, comme l'explique l'actrice Felicity Jones, il n'était pas question de « sexualiser » le personnage qu'elle incarne. Autrement dit, le bikini de la princesse Leia reste au placard. « On ne voit même pas les bras de Jyn », a-t-elle souligné dans un entretien à Glamour (29 novembre). Faisant la promotion du film, elle n'en a pas moins mis en scène sa féminité sur un plateau de télévision, retirant ses chaussures à talons hauts tandis qu'elle mimait un combat l'opposant à l'animateur Jimmy Fallon (The Tonight Show, NBC, 30 novembre).

Bons sentiments intéressés

Son personnage est le chef de file d'une équipe bigarrée. Diego Luna, un Mexicain, interprète du capitaine Cassian Andor, y voit « un beau message pour le monde dans lequel nous vivons », comme le rapporte Polygon (2 décembre). « La diversité nous enrichit et nous rend plus forts », a-t-il expliqué à The Wrap (5 décembre). Ce discours convenu, plein de bons sentiments, n'exclut par quelque considération plus terre-à-terre. « Nous vivons dans un monde de cinéma globalisé », a souligné Donnie Yen, un Chinois, interprète de Chirrut Îmwe, dans un entretien à Première (12 décembre). Dans les bandes-annonces destinées à l'Empire du Milieu, son personnage est d'ailleurs plus particulièrement mis en avant. Évoquant sur Écran large (12 décembre) « le "multicultularisme" du casting », Jacques-Henry Poucave soutient qu'il est « bien plus motivé par la nécessité pour le film de cartonner partout dans le monde que par la volonté d'attaquer les pauvres petits caucasiens ». Comme l'écrivait Charles Maurras, dans un tout autre contexte, « les idées […] sont toujours le masque des intérêts » (L'Action Française, 8 novembre 1937).

Une lecture politique de Star Wars : un univers en expansion

17 décembre 2015
Article publié dans L'Action Française 2000

Au-delà des films, séries et romans développent l'univers de Star Wars. On y parle notamment de pacifisme et de démocratie.

La galaxie lointaine dépeinte dans La Guerre des étoiles s'étend bien au-delà des films découverts au cinéma. Notamment dans des séries d'animation. Rebels, dont la deuxième saison est en cours de diffusion, est servi par un ton drôle et léger, mais cède, sans surprise, à la facilité du manichéisme : à l'opposé des rebelles, altruistes, on y voit des fonctionnaires à la botte de l'Empire renverser l'étal d'un maraîcher, exproprier un malheureux fermier et même assoiffer la population de Lothal – tout cela sans raison.

Il faut choisir son camp

Moins plaisante à suivre, la série The Clone Wars s'avère plus politique. Le pacifisme y fait l'objet de débats récurrents. Ici, il est tourné en dérision : alors que les Séparatistes s'apprêtent à perpétrer un génocide, le chef du village menacé, un vieillard borné, refuse, par principe, de prendre les armes ; c'est donc contre sa volonté que les Jedi doivent protéger la population (saison 1, épisode 14, Les Défenseurs de la paix). Ailleurs, le pacifisme apparaît comme une noble utopie, à certains égards bénéfique : il expliquerait la prospérité de Mandalore, une planète ayant renié ses vieux démons militaristes sous l'impulsion de la duchesse Satine (saison 2, épisode 12, Le Complot de Mandalore). Prenant la tête des systèmes neutres, celle-ci se retrouve malgré tout mêlée à la guerre : sollicitant le soutien des Séparatistes (une puissance étrangère donc), des opposants tentent de la renverser ; elle ne doit son salut qu'à l'intervention d'Obi-Wan Kenobi. Un émissaire du Conseil Jedi, derrière lequel on croit reconnaître les traits d'une Amérique messianique : nul système ne saurait demeurer libre sans sa protection bienveillante – tel est le message délivré.

Conviendrait-il, cependant, de répandre la démocratie aux confins de la galaxie ? L'inénarrable Threepio s'y essaie avec un succès mitigé (saison 4, épisode 6, Les Droïdes nomades). Errant d'une planète à l'autre, il fait la rencontre de curieuses créatures. Par maladresse, il provoque la mort de leur chef. Aussi lui demandent-elles de prendre sa succession. Flatté, mais néanmoins impatient de retrouver les palais dorés de la République (c'est un droïde de protocole !), il décline leur offre, les invitant à désigner leur nouveau chef à la faveur d'une élection. Cela tourne au pugilat... Constatant la pagaille qu'il a semée, Threepio se montre d'autant plus impatient de prendre la fuite...

Despotisme éclairé

Dans certains romans, narrant les événements censées se dérouler dans les années puis les décennies suivant la bataille d'Endor (où l'empereur trouva la mort), tout particulièrement dans ceux du Nouvel Ordre Jedi, la Nouvelle République semble fatalement corrompue, gangrénée par la démagogie, minée par les intrigues ourdies notamment par Borsk Fey'lya, un politicien de la pire espèce... Par comparaison, le "despotisme éclairé" né des Vestiges de l'Empire, incarné par l'amiral Pellaeon, apparaît sous un jour bien favorable ! Mais cette histoire-là a été balayée du "canon" officiel de Star Wars tandis qu'était mise en chantier la nouvelle trilogie. Qu'en restera-t-il dans Le Réveil de la Force et les épisodes qui vont suivre ? Peut-être l'idéalisme des rebelles sera-t-il mis l'épreuve... Puisse la Force se montrer bonne inspiratrice auprès des scénaristes !

Star Wars : l'activisme des fans est-il l'expression d'une vraie démocratie ?

17 décembre 2015
Article publié dans L'Action Française 2000

Spontanément, en toute autonomie, des amateurs enrichissent et protègent l'univers dont ils sont passionnés.

La Toile regorge de sites Internet animés par des passionnés de La Guerre des étoiles. En ligne depuis dix-huit ans, par exemple, Star Wars Universe témoigne d'un dynamisme qui ne se dément pas. Ses contributeurs rendent compte des actualités, mais diffusent aussi des œuvres originales. Romans, bandes dessinées, adaptations théâtrales, films d'animation ou en prises de vues réelles... La créativité des fans s'exprime sur tous les supports !

Pallier les institutions

Ce faisant, les amateurs ne se contentent pas d'enrichir l'univers balisé par Lucasfilm et ses licences commerciales : ils contribuent parfois à sa préservation, palliant, en quelque sorte, la défaillance des institutions. La communauté gravitant autour du site Internet Original Trilogy s'inscrit, à ce titre, dans une démarche significative. Ses membres proposent des montages alternatifs des films, et s'efforcent surtout d'en sauvegarder – et même d'en restaurer – les versions d'origine. Celles-ci n'ayant jamais été commercialisées en haute définition, ni même optimisées pour le DVD, des passionnés se sont donc attelés à la tâche : combinant toutes les sources à leur disposition, ils ont produit la Despecialized Edition, dont la qualité s'avère remarquable. Les nostalgiques s'en trouvent comblés ! Mais pour en profiter, ces derniers sont censés s'assujettir à certaines règles, et notamment avoir préalablement acquis les Blu-ray officiels.

S'agit-il dès lors d'une vraie démocratie ? En partie seulement, car l'activisme des fans demeure suspendu au bon vouloir de Lucasfilm. Conscients de la légalité douteuse de leur action, les contributeurs d'Original Trilogy ne proposent aucun fichier en téléchargement direct. Mais jamais les ayant-droits ne les ont inquiétés jusqu'à présent (décembre 2015). « Nous ne représentons pas vraiment une menace pour leurs revenus », nous explique Harmy. « Au contraire », poursuit-il, « cela contribue à rendre des fans plutôt mécontents relativement satisfaits, et donc enclins à acheter davantage de produits estampillés "Star Wars" ». Apparemment, donc, poursuivant son intérêt bien compris, Lucasfilm cultive la bienveillance à l'égard des fans. À condition, bien sûr, que leurs projets soient entrepris sans but lucratif. Ainsi des récompenses tout à fait officielles sont-elles régulièrement décernées à leurs meilleurs films... Avis aux amateurs !

Star Wars : publicité mensongère au musée du Louvre !

17 décembre 2015
Article publié dans L'Action Française 2000

Une version remaniée, plus professionnelle en quelque sorte, d'un article déjà publié sur le blog.

Le musée du Louvre serait-il passé du côté obscur de la Force ? En quête d'un nouveau public, « désireux de rendre l'art accessible à tous », comme disent ses porte-parole, le temple de la culture s'est laissé éclabousser par la déferlante Star Wars. Dans sa Petite Galerie, inaugurée pour l'occasion, il accueille jusqu'au 4 juillet 2016 une exposition consacrée aux « mythes fondateurs » [1]. À voir les affiches placardées dans les couloirs du métro parisien, Dark Vador devrait y occuper une place comparable à celle d'Hercule. Mais parmi les quelques dizaines d'œuvres exposées, rares sont celles qui proviennent effectivement d'une galaxie lointaine, très lointaine : le masque de Vador, une illustration de Ralph McQuarrie, trois petits dessins, deux affiches... et puis c'est tout. À côté, le crocodile des origines, la hache rituelle ou le portrait de Circée, par exemple, sont présentés sans qu'aucune continuité n'en soit explicitement dégagée.

Mythes d'hier et d'aujourd'hui

« Les mythologies de la culture populaire ne puisent-elles pas toujours dans le même répertoire d'histoires et de héros ? », s'interrogent les organisateurs. De fait, George Lucas n'a jamais caché qu'il s'était appuyé sur un essai de mythologies comparées pour jeter le bases de la saga Star Wars [2]. Dans les années quatre-vingt-dix, à l'initiative du Musée national de l'Air et de l'Espace de Washington, ses sources d'inspiration ont été mises en lumière dans une exposition itinérante, dont il subsiste l'excellent catalogue [3]. À certains égards, le destin d'Anakin fait écho à celui d'Icare, figure de la transgression, dont une sculpture exposée au Louvre rappelle précisément la chute. Quant à Mustafar, la planète volcanique dont le jeune Skywalker n'échappa qu'au prix d'atroces mutilations, scellant symboliquement son passage vers le côté obscur de la Force, elle reflète la vision traditionnelle des Enfers, illustrée notamment par John Martin, dont Le Pandemonium est présenté à la Petite Galerie. Pourquoi ne pas l'avoir souligné à l'intention des visiteurs ? La Guerre des étoiles était pourtant susceptible de leur ouvrir bien des portes vers la culture et les mythes ! 

Dans ces conditions, cette exposition peut constituer un bon support pédagogique, mais elle ne saurait se suffire à elle-même. Les plus jeunes, ouvertement visés, n'en tireront vraiment profit que s'ils la parcourent en compagnie d'un guide qui les y aura préparés. Mais qu'en sera-t-il des enfants auxquels on aura promis qu'ils allaient en découdre au sabre-laser, visuel publicitaire à l'appui ? Déception oblige, leur première visite au Louvre risque de leur laisser un souvenir mitigé.

[1] Mythes fondateurs – D'Hercule à Dark Vador, musée du Louvre, Petite Galerie, Paris 1er, jusqu'au 4 juillet 2016 ; soixante-dix œuvres présentées dans quatre petites salles réparties sur deux cent quarante mètres carrés. 

[2] Joseph Campbell, Le Héros aux mille et un visages, Oxus, 2010, 410 pages, 27,40 euros ; J'ai lu, 2013,  633 pages, 8,90 euros (édition originale parue aux États-Unis en 1949).

[3] Mary Henderson, Star Wars – La Magie du mythe, Presses de la Cité, 1998, 224 pages, 26 euros.

Star Wars : féminisme, francophonie et terrorisme

17 décembre 2015
Article publié dans L'Action Française 2000

Quelques brèves écrites en complément d'une double page consacrée à La Guerre des étoiles.

Féminisme – Signe des temps : c'est une femme qui joue le premier rôle du nouveau Star Wars. Ce choix refléterait-il les opinions de la productrice, Kathleen Kennedy, chantre de la parité chez Lucasfilm ? « Rien ne nous ferait plus plaisir que de trouver une réalisatrice pour la saga Star Wars », a-t-elle déclaré cet automne, comme le rapporte Allociné. Des rumeurs lui prêtent même la volonté de bannir des produits dérivés le bikini de la princesse Leia... Pudibonderie féministe ? Son apparition dans l'édition 2016 du calendrier Pirelli nourrit pareille suspicion : on n'y voit plus des mannequins affriolants, mais des femmes se targuant d'une réussite sociale exemplaire.

Francophonie – À l'automne 1977, quand Star Wars fit son apparition dans l'Hexagone, ce fut avec un titre bien français. Au générique figurait même le nom de Luc Courleciel, et non celui de Luke Skywalker, pourtant conservé dans le doublage ! Au milieu des années quatre-vingt-dix, comme en témoignent certaines publicités, on parlait encore davantage de « La Guerre des étoiles ». Depuis, la mondialisation et l'Internet sont passés par là... Si le titre du nouvel épisode, The Force Awakens, fait bien l'objet d'une traduction, il n'est plus question d'adapter les noms des personnages. À une exception près, qui puise pourtant dans la langue de Shakespeare – quelle ironie ! Ayant définitivement évincé Darth Vader, « Dark Vador sera le seul vestige sonore de la VF d'antan », comme le rapporte GQ.

Terrorisme – La confusion règne de l'autre côté des Pyrénées ! Le mois dernier, l'insigne de l'Alliance rebelle de Star Wars est apparu à la télévision espagnole, sur la chaîne nationale TVE, où il était associé à l'organisation terroriste Al-Qaïda. À l'origine de cette bourde, explique notre confrère Alain Korkos, il y a une entreprise, dénommée  Al Qaeda inc. : « une maison de disques hispanophone qui a détourné le logo de l'Alliance rebelle », précise-t-il sur le site Internet Arrêts sur images.

Une lecture politique de Star Wars : magnanimité à l'égard d'un déserteur

10 décembre 2015

The Clone Wars, saison 2, épisode 10, Le Déserteur. « Alors qu'il se trouve sur une planète éloignée, le capitaine Rex fait la rencontre d'un clone déserteur. » Un appel à la tolérance ?

Blessé, le capitaine Rex est recueilli dans une ferme, au sein d'une famille dont le chef s'avère être un clone lui aussi. « Tu est un déserteur ! », lui lance-t-il, indigné. « Ma foi », lui répond Cut Lawquane, « j'avoue que je préfère dire que j'utilise légitimement mon libre arbitre ».

« J'ai choisi de ne pas tuer pour vivre », lui explique-t-il. Son foyer étant assailli par des droïdes séparatistes, il n'en risque pas moins sa vie pour sauver sa femme et ses enfants. Attendri par ces derniers, constatant le courage de leur père et sa détermination à les défendre, Rex renonce à le dénoncer auprès des autorités de la République : « tu restes un déserteur Cut, mais tu n'es certainement pas un lâche », lui concède-t-il finalement.

Y a-t-il une morale à cette histoire ? « Tu as le droit de vivre ta vie exactement comme tu en as envie », enseigne Cut Lawquane a sa petite fille, arrachant presque l'approbation du capitaine Rex. En cela, cet épisode pourrait constituer un appel à la tolérance. D'autant que ce clone ne vit en anarchiste que pour enseigner l'altruisme à ses enfants : « nous aidons toujours les personnes qui ont besoin de nous », annonce son petit garçon, suscitant sa fierté.

Cependant, la guerre rattrape sa famille, et c'est finalement à la République, ou du moins à l'aide de l'un de ses plus valeureux serviteurs, que celle-ci doit son salut. Autrement dit, si chacun est libre de mener son existence comme il l'entend, nul n'échappe à son destin ni ne peut vivre sans la protection d'une institution.

D'ailleurs, si la société peut s'accommoder de certaines comportements plus ou moins déviants, c'est précisément parce que ceux-ci demeurent marginaux. En effet, à l'image de la plupart des soldats clones, le capitaine Rex témoigne d'une loyauté indéfectible. Son engagement se veut même réfléchi : « je me trouve à un tournant fondamental et absolument historique de la République », explique-t-il à Cut ; « si jamais nous échouons, alors nos enfants et leurs enfants pourraient bien avoir à vivre sous un joug tyrannique que nous aurions du mal à imaginer ».

Ironie de l'histoire, la menace séparatiste n'aura été agitée que pour jeter les bases d'un empire maléfique... C'est bien connu : l'enfer est pavé de bonnes intentions.

Une lecture politique de Star Wars : de Grievous à Clemenceau

5 décembre 2015

The Clone Wars, saison 2, épisode 9, L'Intrigue de Grievous. « Lors d'une mission de sauvetage, Anakin, Obi-Wan et Adi Gallia tombent dans un piège tendu par le général Grievous. » Lequel n'aime pas la politique !

Alors qu'il vient de faire prisonnier un membre du conseil Jedi, Grievous s'adresse à ses homologues : « Écoutez-moi Jedi ! Je me moque des questions politiques. Je me moque aussi de votre République. Je ne vis que pour vous voir mourir. » Un peu plus tard, tandis qu'Obi-Wan dénonce « une quête absolument futile du pouvoir », il déclare à son intention : « Je ne combats pas pour les objectifs politiques de Dooku. Je suis le chef de l'armée de droïdes la plus puissante que la galaxie ait jamais vue. »

La vengeance et la gloire seraient-ils les seuls moteurs de son action ? Incidemment, par sa relative légèreté, son dédain des ressorts les plus profonds du conflit, Grievous semble illustrer la formule attribuée à Georges Clemenceau, selon laquelle la guerre serait une chose trop sérieuse pour être confiée aux militaires... Un classique du cinéma américain, où les hauts gradés apparaissent souvent comme de gros bourrins sans cervelle !

Une lecture politique de Star Wars : apologie de la torture

5 décembre 2015

The Clone Wars, saison 2, épisode 8, Envahisseurs mentaux. « Ahsoka et Barriss doivent empêcher le fléau des vers cérébraux de Geonosis de s'étendre dans toute la galaxie. » Jack Bauer en guest star !

Tandis qu'un grave danger menace sa padawan, Anakin se dirige vers la cellule d'un prisonnier afin d'obtenir des informations susceptibles de la sauver. Découvrant que ses « pouvoirs spirituels » s'avèrent sans effet sur lui, il le frappe, le jetant à terre, puis l'étrangle à travers la Force. La morale – à moins qu'il s'agisse seulement de bienséance ? – se trouve manifestement transgressée, comme le souligne une musique grave, reprenant les accents de la Marche impériale.

De retour sur la passerelle du vaisseau, Anakin suscite l'incrédulité pleine d'ingénuité des maîtres Jedi qui avaient tenté, en vain, de faire parler le prisonnier. « Vous avez donc interrogé Poggle ? », s'étonne maître Unduli. « Comment as-tu réussi à le faire parler ? », lui demande encore Ki-Adi-Mundi. « Tout ce qui importe », leur rétorque-t-il, « c'est qu'il m'ait expliqué comment arrêter ces vers parasites. » Dont acte. Ahsoka s'en sort, grâce à lui donc, non sans avoir affronté avec courage bien des périls...

Barris, une autre padawan qui l'accompagne, se trouve comme possédée. Dans un accès de lucidité, elle la supplie même de la tuer. Ashoka s'y refuse. Était-ce une erreur, aurait-elle péché par faiblesse, troublée par l'amitié ? Une fois sauvée, elle fait part de ses doutes à son maître. Très protecteur, Anakin lui tient précisément le discours que le spectateur serait tenté de lui adresser à lui : « Il est de ton devoir de sauver le plus de vies possibles. [...] Tu as fait ce qu'il fallait. »

Bref, on se croirait dans 24 heures chrono ! Peut-être la torture corrompt-elle celui qui la pratique, mais c'est pour la bonne cause – et puis ça marche : tel est, en substance, le message délivré par cet épisode, dont les scénaristes sont visiblement passés du côté obscur de la Force.

NB – Dans un épisode précédent (peut-être y reviendrons-nous à l'occasion), Yoda exprimait toute l'empathie que lui inspiraient chacun des soldats aux côtés desquels il combattait. Mais ici, tandis qu'Ahsoka se refuse à tuer Barris, celle-ci n'a pas les mêmes scrupules à l'égard du clone qu'elle transperce d'un coup de sabre-laser. Alors, « les nôtres avant les autres » ?

Star Wars au Louvre : publicité mensongère !

29 novembre 2015

En quête d'un nouveau public, « désireux de rendre l'art accessible à tous », comme disent ses porte-parole, le musée du Louvre serait-il passé du côté obscur de la Force ?

Éclaboussé par lé déferlante Star Wars, le temple de la culture accueille jusqu'au 4 juillet 2016 une exposition consacrée aux « mythes fondateurs ». À voir les affiches placardées dans les couloirs du métro parisien, Dark Vador y occuperait une place comparable à celle d'Hercule. Mais parmi les quelques dizaines d'œuvres exposées dans la Petite Galerie du musée du Louvre (quatre petites salles sur deux cent quarante mètres carrés), inaugurée pour l'occasion, seules trois ou quatre proviennent effectivement d'une galaxie lointaine, très lointaine : le masque de Dark Vador (que l'on contemple sous tous les angles avec émotion, tant le personnage semble alors prendre vie sous nos yeux...), une illustration de Ralph McQuarrie, trois petits dessins de storyboard, deux affiches... et puis c'est tout.

Les amateurs du seigneur Sith risquent d'être déçus ! Les autres aussi, car le crocodile des origines, la hache rituelle ou le portrait de Circée sembleraient presque juxtaposés de façon gratuite. « Les mythologies de la culture populaire ne puisent-elles pas toujours dans le même répertoire d'histoires et de héros ? », s'interrogent les organisateurs. Mais alors, pourquoi n'ont ils pas explicitement dirigé les visiteurs vers les multiples portes que La Guerre des étoiles est susceptible de leur ouvrir vers la culture ? La voie avait été ouverte à l'initiative du Musée national de l'Air et de l'Espace de Washington, qui avait consacré une exposition à la saga et à ses inspirations, dont subsiste pourtant l'excellent catalogue.

Parmi les tableaux présentés à la Petite Galerie du Louvre, il y a, entre autres, Le Pandemonium, la capitale des Enfers peinte par John Martin, où quelques bâtiments émergent des roches en fusion. Cela rappellera naturellement Mustafar à tous les fans de Star Wars, cette planète volcanique qui scella plus ou moins la chute d'Anakin Skywalker vers le côté obscur de la Force, et dont il n'échappa qu'au prix d'atroces mutilations. Pourquoi ne pas avoir souligné cette continuité historique, par exemple ?  C'eût été d'autant plus opportun que, juste à côté de ce tableau, sont projetés des extraits de films traitant précisément des « métamorphoses ».

Peut-être cela a-t-il été fait à dessein ? Dans ces conditions, cette exposition peut constituer un bon support pédagogique, mais elle ne saurait se suffire à elle-même. Pour nous, sa visite fut un prétexte pour revenir au Louvre, en compagnie d'un guide coutumier des lieux, qui nous entraîna ensuite sur les chemins de la Mésopotamie, à la découverte de statues aussi majestueuses qu'impressionnantes... Aucun regret donc ! Mais qu'en sera-t-il des plus jeunes, ouvertement visés, auxquels on aura promis qu'ils allaient en découdre au sabre-laser ? Déception oblige, leur première visite au Louvre risque de leur laisser un souvenir mitigé.