BPC : la France opportuniste

3 septembre 2014
Article publié dans L'Action Française 2000

Au sommet de l'Otan, Paris risque d'occuper le banc des accusés.

Les 4 et 5 septembre 2014 se tiendra à Newport (Pays de Galles) le sommet des chefs d'État et de gouvernement des pays membres de l'Otan. À cette occasion, l'Organisation devrait entériner son retrait d'Afghanistan, décider la création d'une nouvelle force de réaction rapide et débattre de la crise ukrainienne. Tandis que Varsovie proposera de vendre des armes à Kiev, Paris sera vraisemblablement montré du doigt... Ses alliés lui proposeront-ils de racheter les navires militaires promis à la Russie ? Pointant son manque de solidarité, ils jugeront peut-être sa politique inconséquente. La France est alliée, mais non alignée, a-t-on coutume de rétorquer en pareille circonstance !

Intérêts industriels

Elle préserve ses intérêts industriels, observe-t-on par ailleurs. Les partisans d'un rapprochement avec Moscou sont les premiers à le faire valoir. Mais les atlantistes leur renvoient l'argument : « la coopération militaire avec la Russie pourrait faire perdre à la France de gros contrats d'armement en Europe centrale », s'est ainsi inquiété Olivier Bault, sur Nouvelles de France.

En définitive, Paris se montre opportuniste, tout simplement... S'agit-il d'une singularité française ? Loin s'en faut. « Il y a une part de mauvaise foi dans les protestations », a relevé l'eurodéputé (UMP) Arnaud Danjean, ancien président de la sous-commission Sécurité et Défense du Parlement européen. « Lorsque la Russie a voulu acheter de tels navires, d'autres pays européens étaient sur les rangs, comme l'Espagne ou les Pays-Bas », a-t-il rappelé à notre confrère Jean-Dominique Merchet, animateur du blog Secret Défense. « Plusieurs États vendent des matériels de sécurité et de défense à la Russie, même s'ils sont moins emblématiques que les Mistral. Les Américains exercent sur nous une énorme pression, mais j'observe que les autres pays européens, comme l'Allemagne ou l'Italie, sont beaucoup plus modérés. » Alors, Washington nous réserverait-il un traitement de faveur ?

2 commentaires pour "BPC : la France opportuniste"

  1. Catoneo

    Le 4 septembre 2014 à 11 h 01 min

    Et boum ! Les Mistral restent à quai. Les équipages russes de prise en main vont rentrer au pays déguster les produits locaux, rares et chers, seuls disponibles sur les marchés désormais.
    Sauf révolution de palais au Kremlin (soupçonnez l'oligarchie menacée de "désenrichissement" si elle intervient), la Russie va inexorablement fermer ses portes au couchant pour ouvrir les fenêtres au levant. L'ogre chinois l'y attend. Poutine a tout faux, Yeltsine l'avait mal jugé.

  2. GD

    Le 5 septembre 2014 à 13 h 55 min

    Le retour des marins russes au bercail, vous croyez que c'est fait ? Hollande semble déjà nuancer sa position... Peut-être espère-t-il un accalmie internationale qui lui permettrait de se défaire de ce boulet...

Laissez un commentaire