Combattre l'obsolescence programmée nuit gravement à l'environnement

10 mai 2018

Parler d'obsolescence programmée à tort et à travers, cela détourne les consommateurs de leurs responsabilités. Au risque de provoquer la panne des produits et d'accélérer leur renouvellement…

L'obsolescence programmée a fait l'objet d'un débat organisé à l'Institut d'études politique de Paris, le 3 mai 2018, à l'initiative du Centre de sociologie des organisations, sur lequel nous sommes déjà revenu. Dans son intervention, Dominique Roux-Bauhain, professeur à l'université Reims Champagne-Ardenne, a tenu à dissiper une certaine confusion : l'obsolescence programmée désigne une réduction « délibérée » de la durée de vie des produits, a-t-elle souligné ; en cela, a-t-elle expliqué, elle doit être distinguée de l'obsolescence psychologique ainsi que de l'obsolescence d'après-vente. « Attention à ne pas mettre tout et n'importe quoi sous ce terme », a-t-elle prévenu. « Certes, il y a des cas délictueux » d'obsolescence programmée, a-t-elle concédé – à tort selon nous. Cependant, a-t-elle poursuivi, c'est « l'arbre qui cache la forêt ». De son point de vue, il serait même « dangereux » de donner la priorité à la dénonciation d'un tel phénomène : cela conforterait les consommateurs dans l'idée que leurs produits tombés en panne seraient irréparables.

Des consommateurs paranos

Un visite des réseaux sociaux en ligne le confirme : confrontés au  dysfonctionnement d'un appareil, les internautes, fatalistes, incriminent volontiers l'obsolescence programmée. Le mois dernier, par exemple, sur le forum associé à 60 Millions de consommateurs, le propriétaire d'un smartphone s'est plaint de ne plus pouvoir passer d'appel à l'issue d'une mise à jour logicielle, s'indignant d'emblée d'un cas d'obsolescence programmée. Or, sans doute était-il victime d'un bug, à moins qu'il ait été déboussolé par un changement d'interface (ce dont nous avons nous-même fait l'expérience). Quoi qu'il en soit, peut-être aura-t-il été tenté d'acheter un nouvel appareil, alors qu'un petit bidouillage aurait vraisemblablement suffi à tout remettre en ordre.

De fait, quand une panne survient, « les gens sont globalement incompétents », a constaté Dominique Roux-Bauhain. « Le premier réflexe, c'est jeter », a-t-elle regretté. C'est pourquoi, selon elle, il faudrait « développer des structures de diagnostic ». Plus généralement, sans doute conviendrait-il de rappeler aux consommateurs qu'ils sont libres de leurs choix – tout en les éclairant à ce sujet. Or le fantasme de l'obsolescence programmée les détourne précisément de leurs responsabilités, les réduisant au statut de victimes impuissantes d'une industrie réputée malfaisante.

Personne ne veut des produits durables

Peut-être ce climat de défiance explique-t-il en partie les difficultés que les fabricants rencontrent parfois pour vendre des produits plus robustes. À l'image de Maped, dont les rapporteurs et autres compas de qualité supérieure n'ont pas trouvé leur public, si l'on en croit les responsables de cette entreprise cités par France Info. Peut-être la conviction, ancrée dans l'esprit des gens, que les produits sont sabotés dans les usines explique-t-elle également que les industriels privilégient le design aux dépens du reste, comme on l'observe avec les ordinateurs portables, de plus en plus fins, mais aussi plus difficiles à démonter et dotés d'une mémoire soudée qui sacrifie l'évolutivité.

Par ailleurs, si l'on s'imagine que les produits sont programmés pour tomber en panne, à quoi bon les entretenir ? Or, selon le Gifam, 70 % des pannes de fers à repasser et de cafetières sont dues à l'entartrage, comme le rapportent Thomas Lombès et Bastien Poubeau dans leur étude publiée en 2014 dans le cadre de l'École des mines. La notoriété croissante de l'association Hop ne va pas arranger les choses, bien au contraire. Sa cabale contre Epson en témoigne : alors que l'industriel japonais prétend changer gratuitement le tampon absorbeur de ses imprimantes, ses militants ignorent délibérément cette promesse (dont il faudrait vérifier qu'elle soit bien tenue) ; dans un reportage diffusé sur France 2 le 29 mars, ils entretiennent même la confusion entre la fin de vie d'un appareil et celle d'un consommable ! Il est vrai qu'en installant un pilote pirate, une imprimante équipée d'un tampon prétendument usagé peut tout à fait continuer à fonctionner quelque temps. Tout dépendra en fait des conditions d'utilisation. Mais il faudra compter avec d'éventuelles déconvenues

Maintenance préventive contre obsolescence programmée

« Il y a quelques années j'ai dépanné une imprimante qui faisait de grosses traces à chaque impression, dont le propriétaire avait, un an auparavant, réinitialisé le compteur […] pour permettre de reprendre les impressions », a raconté un internaute, TeoB, dans un commentaire publié en début d'année sur le site LinuxFr.org ; « le tampon était noyé d'encre qui avait débordé et qui tapissait tout le fond de l'imprimante », précisait-il ; « ça m'a pris quelques heures pour tout remettre en état, plus une nuit de séchage », se souvenait-il. On comprend que son intervention se sera avérée plus coûteuse que celle prônée par le fabricant quelques mois plus tôt.

Les accusations proférées contre Apple sont elles aussi perverses : la possibilité d'utiliser un smartphone équipé d'une batterie usagée, au prix d'un  ralentissement, ne devrait-elle pas être préférée à l'obligation d'en changer ? Dans une perspective écologiste, il faudrait assurément se féliciter qu'un tel choix soit proposé aux utilisateurs. En effet, la fabrication d'une batterie n'est pas sans incidence sur l'environnement… Quant aux mises à jour, certes gourmandes en ressources matérielles, il convient plutôt de se réjouir de leur déploiement, le cas échéant. Ce sont les constructeurs qui en font l'économie qui devraient être prioritairement mis en accusation : à quoi bon préserver la réactivité d'origine d'un smartphone si plus aucune application ne peut y être installée ? Dans l'idéal (quoique...), il faudrait certes abolir la loi de Wirth – ou celle de Moore. Mais seules les propriétés de la physique et les limites de la créativité humaine le permettront peut-être un jour. En attendant, c'est un moindre mal.

Obsolescence programmée : aucun cas délictueux n'a jamais été avéré

5 mai 2018

Tout au plus peut-on parler de quelques cas litigieux… Nouveau rebond sur un débat organisé par l'Institut d'études politiques de Paris.

L'obsolescence programmée a fait l'objet d'un débat à Sciences Po jeudi dernier, 3 mai 2018, à l'initiative du Centre de sociologie des organisations. Dans l'ensemble, l'intervention de Dominique Roux-Bauhain, professeur à l'université Reims Champagne-Ardenne, nous a semblé très pertinente (nous y reviendrons). Un détail nous a toutefois chagriné : « certes, il y a des cas délictueux » d'obsolescence programmée, a-t-elle affirmé, sans toutefois les citer ; cependant, a-t-elle poursuivi, c'est « l'arbre qui cache la forêt ». Ne s'agirait-il pas plutôt d'un mirage ?

Le cartel Phoebus : une banale entente sur les prix

Dans un rapport publié il y a un an, en mai 2017, RDC Environnement rappelait que « seuls trois cas identifiés » avaient alors été « confrontés à la justice pour des raisons liées à l'obsolescence programmée ».

Peut-être Dominique Roux-Bauhain pensait-elle au cartel Phoebus qui s'était constitué dans les années vingt. Or, ses membres « ont fait l'objet d'un rapport de la commission britannique anti-trust dénonçant une entente sur les prix, mais réfutant une entente sur la programmation de la durée de vie ». Comme l'expliquent Thomas Lombès et Bastien Poubeau, auteurs d'une étude publiée en 2014 dans le cadre de l'École des mines, « selon les industriels de l'éclairage […], la baisse de la durée de vie des ampoules à mille heures correspondait en fait à un compromis entre baisse de la consommation électrique, économie de matière première et augmentation de la longévité » ; « il ne semble donc pas y avoir de preuves irréfutables de l'existence d'un complot industriel dans ce cas particulier ».

Appel et HP ont préféré s'épargner la mauvaise publicité d'un procès

Plus récemment, comme le rapporte RDC Environnement, « les trois premières générations d'Ipods d'Apple ont fait l'objet d'un recours collectif auprès de la Cour supérieure de Californie ». Il était reproché à la marque à la pomme d'avoir conçu des appareils dont les batteries n'étaient pas remplaçables. Cependant, « l'action juridique intentée s'est soldée par un accord à l'amiable ».

Enfin, « le fabricant des imprimantes HP Inkjet, Hewlett-Packard, a été poursuivi par une association de consommateurs car ses imprimantes indiquaient un niveau d'encre faible alors [que] les cartouches avaient encore de l'encre, ajoutaient de l'encre issue de la cartouche d'encre couleur pour les impressions en noir, signalaient que les cartouches n'avaient plus d'encre et s'arrêtaient de fonctionner alors que les cartouches n'étaient pas vides ». Mais là aussi, « une entente a été trouvée entre les Hewlett-Packard et les plaignants ».

Par conséquent, en toute rigueur, sans doute serait-il plus juste de parler de quelques cas non pas délictueux, mais litigieux. À l'image de ceux faisant actuellement l'objet d'une enquête en France, visant Apple et Epson. Affaire à suivre !

Obsolescence programmée, défaut de conception ou défaillance du fournisseur ?

4 mai 2018

Un lave-linge à la carte-mère défaillante, un téléviseur dont le condensateur lâche après avoir été exposé à la chaleur… Premier rebond sur un débat organisé dernièrement par l'Institut d'études politiques de Paris.

L'obsolescence programmée vient de faire l'objet d'un débat à Sciences Po, à l'initiative du Centre de sociologie des organisations. Au cours de son intervention, Dominique Roux-Bauhain, professeur à l'université Reims Champagne-Ardenne, a rapporté le témoignage d'un contributeur du site Comment réparer. Deux cent quatre vingts personnes auraient pris contact avec lui, confrontées à la panne de leur lave-linge – la même panne rencontrée à chaque fois sur le même machine : placée près du moteur, la carte-mère qui l'équipait s'était souvent montrée défaillante… Selon les points de vue, on y verra un défaut de conception ou bien un sabotage délibéré.

Le téléviseur de tous les fantasmes

Peut-être le rappel d'un précédent pourra-t-il éclairer les jugements. Dans leur rapport publié en 2014 dans le cadre de l'École des mines, Thomas Lombès et Bastien Poubeau avaient rendu compte du cas suivant : « D'après le Simavelec, le Syndicat des industriels de matériels audiovisuels électroniques en France, une inhomogénéité de la qualité de production a été à l'origine d'un défaut de série sur un téléviseur Samsung qui a alimenté la polémique sur l'obsolescence programmée en 2012. Le téléviseur en question a rencontré un tel succès commercial que le fournisseur habituel de condensateurs n'a pas pu suivre la cadence de production. Samsung a dû se tourner vers un autre fabricant de condensateurs dont les produits se sont avérés être de piètre qualité. Le condensateur en question était par ailleurs situé près d'une source de chaleur, ce qui a accéléré son vieillissement. Il est difficile de dire si ce positionnement provient d'une erreur de conception ou si le condensateur initialement utilisé était dimensionné pour résister à cette agression supplémentaire. Les téléviseurs utilisant le condensateur de substitution sont tombés au champ d'honneur par légions. »

« On voit ici que la responsabilité du fabricant peut bien être engagée au titre d'une négligence dans la gestion des achats et de l'assurance qualité mais pas au titre d'une panne programmée dès la conception », écrivaient les élèves ingénieurs. Selon eux, « il ne faut pas se tromper de combat ». Par ailleurs, poursuivaient-ils, « suivre la robustesse des biens qui sortent d'une usine nécessite de suivre au plus près le processus de production ».

De la complexité des relations avec les fournisseurs

Or les relations entre un assembleur et ses fournisseurs peuvent s'avérer complexes : « Valeo nous a par exemple expliqué que les constructeurs automobiles ne lui donnaient pas toujours d'information sur l'emplacement de l'alternateur dans le bloc moteur. Ils se sont aperçus qu'un constructeur le plaçait derrière une roue de telle sorte que l'alternateur était constamment aspergé d'eau en conduite sur sol mouillé. Une telle exigence sur l'étanchéité et la résistance à la corrosion de l'alternateur n'avait pas été envisagée lors de la conception, ce qui a conduit à des problèmes de fiabilité. De la même manière, les collecteurs électriques de l'alternateur s'endommageront plus vite s'il est situé à proximité de l'embrayage qui génère de la poussière qui perturbe le contact électrique. Une coopération étroite entre les acteurs est donc nécessaire pour traiter efficacement la question de la durée de vie. »

Non contents de venir en aide à ceux qui le sollicitaient, le réparateur cité plus haut aurait interpellé d'autres possesseurs du lave-linge incriminé : des personnes ayant mis leur machine en vente sur le Bon coin, dans l'espoir qu'un acheteur serait intéressé pour y prélever des pièces. Ils ignoraient qu'une quarantaine d'euros auraient suffi à remettre leur machine en marche ! Mais c'était déjà trop tard : ils avaient tous investi dans un nouvel appareil. Reste une question à poser – fondamentale : avaient-ils repris une machine de même marque ? Déçus par leur précédent achat, peut-être auront-ils préféré se tourner vers la concurrence. Preuve, le cas échéant, qu'une politique d'obsolescence programmée n'a pas lieu d'être ; parce que ceux qui seraient susceptibles de la mettre en œuvre n'y auraient de toute façon aucun intérêt.

Sciences Po : la consommation engagée contre l'obsolescence programmée ?

4 mai 2018

L'obsolescence programmée vient de faire l'objet d'un débat à Sciences Po, à l'initiative du Centre de sociologie des organisations, en présence de Brune Poirson, secrétaire d'État. Compte-rendu rédigé pour le site Paris Dépêches.

Plusieurs vigiles étaient présents rue Saint-Guillaume ce jeudi matin, 3 mai 2018, à l'entrée de l'Institut d'études politiques de Paris. Mais s'il nous a été demandé de décliner notre identité, celle-ci n'a pas été vérifiée. Les visiteurs étaient priés d'emprunter les escaliers : l'arrivée imminente d'un représentant du Gouvernement justifiait, paraît-il, le blocage de l'ascenseur.

Dans l'amphithéâtre étaient mis en vente quelques exemplaires de l'ouvrage de Sophie Dubuisson-Quellier, sociologue, qui nous a proposé un décryptage de la « consommation engagée » – laquelle constitue, à ses yeux, « un des moteurs du changement social ».

L'arbre qui cache la forêt

Guillaume Duval, éditorialiste à Alternatives économiques, chroniqueur sur France Culture, a raconté avoir lui-même participé à la mise en œuvre d'une politique d'obsolescence programmée. En cause : des lave-glaces conçus, tout comme les véhicules qu'ils équipaient, pour dix ans ou cent mille kilomètres. Apparemment, il a été témoin d'un arbitrage portant sur les coûts et la qualité, et non d'un authentique sabotage. En cela, peut-être a-t-il contribué à entretenir une certaine confusion.

Dominique Roux-Bauhain, professeur à l'université Reims Champagne-Ardenne, aurait pu le lui reprocher. L'obsolescence programmée désigne aujourd'hui une réduction « délibérée » de la durée de vie des produits, a-t-elle souligné. « Attention à ne pas mettre tout et n'importe quoi sous ce terme », a-t-elle prévenu. « Certes, il y a des cas délictueux » d'obsolescence programmée, a-t-elle affirmé, sans toutefois les citer. Cependant, a-t-elle poursuivi, c'est « l'arbre qui cache la forêt ». De son point de vue, il serait même « dangereux » de donner la priorité à la dénonciation de ces pratiques ; le risque serait de conforter les consommateurs dans l'idée que leurs produits seraient irréparables. Confrontés à une panne, « les gens sont globalement incompétents », a-t-elle constaté. « Le premier réflexe, c'est jeter », a-t-elle regretté. C'est pourquoi il faudrait « développer des structures de diagnostic ». Dans cette perspective, la mise en ligne du site Comment réparer a été saluée comme une heureuse initiative. Par ailleurs, Dominique Roux-Bauhain a précisé qu'en application d'un règlement européen (Reach) visant à protéger l'environnement, « les soudures tiennent moins bien » ; preuve, selon elle, que le problème s'avère « bien plus complexe » qu'il n'y paraît.

Un secrétaire d'État dans l'embarras

Laëtitia Vasseur, cofondatrice de l'association HOP (Halte à l'obsolescence programmée) a souligné que l'incertitude planait sur l'application de la loi censée réprimer l'obsolescence programmée ; tout dépendra de l'interprétation plus ou mois large qu'en feront les juges. Interrogée sur la réalité de ce phénomène, elle a concédé qu'il était « marginal » sans toutefois répondre à notre question : dans une économie libre, soumise à la concurrence, les fabricants n'auraient-ils pas intérêt à soigner leur réputation, voire étendre la garantie de leurs produits, plutôt qu'à provoquer leur panne –  cela dans l'espoir de gagner des parts de marché ? Flirtant avec la décroissance, elle a dénoncé « une forme d'aliénation » par la technique. Surtout, a-t-elle martelé, « il ne faut pas donner l'impression que toute la responsabilité repose sur les consommateurs ».

S'agissait-il d'une pique lancée en direction du Gouvernement ? Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, entend « donner au consommateur le moyen de pouvoir choisir ». C'est pourquoi un indice de durée de vie devrait bientôt permettre d'établir des comparaisons quant à la robustesse et la réparabilité des produits. En attendant, la loi sur le secret des affaires réduira-t-elle au silence les hypothétiques lanceurs d'alerte susceptibles de révéler les complots ourdis par les industriels ? Un membre de l'assistance s'en est inquiété. Brune Poirson a reconnu ne pas savoir à quoi il faisait allusion. Les chantiers ne manquent pas, s'est-elle justifiée…

Obsolescence programmée : le Premier ministre évite l'écueil du complotisme

26 avril 2018

Le Gouvernement s'érige en promoteur de l'économie circulaire, sans verser toutefois dans le complotisme cher aux détracteurs d'une prétendue obsolescence programmée ; la belle est dans le camp des consommateurs, explique-t-il en substance.

Lundi dernier, 23 avril 2018, le Premier ministre a présenté une feuille de route pour l'économie circulaire. « il nous faut un jouet neuf tous les jours et nous sommes constamment tenus en haleine par les inventeurs qui nous créent des besoins ridicules », a-t-il dénoncé en introduction de son discours, citant Paul Morand. « On se sépare d'un appareil défectueux sans très bien d'ailleurs savoir ce qu'il va devenir et qui semble finalement parfois en bon état », a-t-il ensuite regretté. « Cette logique-là, qui n'est pas fait de malveillance, il faut la casser », a-t-il martelé.

Une planète en voie d'obsolescence ?

Le chef du Gouvernement serait-il, lui aussi, le détracteur d'une obsolescence programmée fantasmée ? Pas vraiment. « Il y a une obsolescence dont nous sommes convaincu, certain, qu'elle est  programmée, c'est celle de la planète », a-t-il expliqué ; « c'est celle d'un modèle dans lequel on extrait, on fabrique, on vend, on case, on jette – avec d'un côté des mines toujours plus profondes et de l'autre côté des montagnes de déchets qui sont toujours plus hautes ». Ce faisant, Édouard Philippe s'est bien gardé de cautionner l'idée selon laquelle les fabricants comploteraient pour saboter délibérément leurs produits.

Consommer, c'est choisir !

« Il est grand temps [...] de fermer les circuits de production et de consommation », a-t-il annoncé. « La première manière de moins jeter », a-t-il rappelé, « c'est d'acheter robuste » ; « et souvent », s'est-il félicité, « acheter robuste, c'est acheter français, voire européen – mais de préférence français ». « Une autre façon de moins jeter », a-t-il poursuivi, « c'est de consommer un peu moins, de manière plus consciente, plus précautionneuse, parce que l'obsolescence programmée, elle est aussi psychologique ». La balle est dans le camp du pays réel, a-t-il expliqué en substance : « Vous connaissez la formule "gouverner, c'est choisir". Eh bien, consommer, c'est choisir aussi. Et d'une certaine façon, consommer, c'est gouverner un peu aussi. Ce choix du consommateur, il faut le documenter, il faut le faciliter, l'orienter, il faut l'amplifier. Parce qu'il a besoin de l'être. C'est là que nous pouvons intervenir, c'est là que la volonté politique peut commencer à produire des effets. » L'autorité en haut, les libertés en bas ?

Maurras libéral

23 avril 2018

Le cadavre de Maurras bouge encore ! Cela bien que son antisémitisme, insupportable, ait jeté l'opprobre sur toute sa pensée. Critiquant explicitement le libéralisme, la figure tutélaire de l'Action française n'en condamnait pas moins la mainmise de l'État sur les PTT, l'éducation voire la monnaie.

Promoteur d'une monarchie « traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée », Charles Maurras est né il y a cent cinquante ans, le 20 avril 1868. Fallait-il commémorer cet anniversaire ? Le ministère de la Culture s'y est finalement refusé, non sans avoir tergiversé. Antisémite et xénophobe, nationaliste et réactionnaire, la figure tutélaire de l'Action française demeure pour le moins controversée. Ses héritiers revendiqués ont, pour la plupart, le libéralisme en horreur. À l'image de leur maître ? En partie seulement, comme en témoignent ces quelques citations.

Chantre du « politique d'abord », Charles Maurras n'en affirmait pas moins que l'économie était « plus importante que la politique » : « l'économie étant la science et l'art de nourrir les citoyens et les familles, de les convier au banquet d'une vie prospère et féconde, est une des fins nécessaires de toute politique », expliquait-il notamment (Mes Idées politiques, 1937)

Maurras voulait privatiser la Poste

Certes, précisait-il, « même pour donner le pas à certaines questions économiques jugées vitales, il faut au préalable une organisation politique, une action politique, avec ses moyens qui sont politiques : des mandataires, des fonctionnaires, des agents, des corps de police et d'armée, des juges, des policiers, des bourreaux » (L'Action Française, 7 mars 1935, article cité dans le Dictionnaire politique et critique). Cependant, à l'orée du XXe siècle, il dénonçait déjà « l'État français qui se mêle de tout aujourd'hui, même de faire des écoles et de vendre des allumettes, et qui, en conséquence, fait tout infiniment mal, vendant des allumettes ininflammables et distribuant un enseignement insensé » (Dictateur et Roi, 1903). En conséquence, écrivait-il, « il faut rendre à l'initiative privée, aux personnes, associations, compagnies, toutes les fonctions qui dans l'État, accomplies par l'État, font effet de parasites stérilisants : stimulées et régénérées par l'idée légitime du légitime profit, elles feront de la richesse au lieu d'en dévorer » (« La Politique générale », Almanach d'Action française, 1922). Dans l'entre-deux-guerres, Charles Maurras réclamait que soit privatisée la Poste ! L'Union européenne n'était pourtant pas en cause…

Suivant la même logique, de façon peut-être plus étonnante encore, il s'inquiétait d'un contrôle accru de la monnaie par l'État, déplorant les « innovations dangereuses apportées à la Banque de France » par le Front populaire (L'Action Française, 18 juillet 1936) ; « le plus important, les questions de crédit et d'escompte, sera désormais soumis aux volontés de gouvernements de passage », était-il dénoncé dans le quotidien royaliste (L'Action Française, 16 juillet 1936). Cela tranche avec les positions qui sont aujourd'hui celles des souverainistes, aux yeux desquels l'indépendance des banques centrales est une aberration.

Critique du constructivisme

La division du travail ne suscitait apparemment aucune défiance chez Maurras – qui, certes, ne l'envisageait pas à une échelle mondiale. Bien au contraire, il y voyait un facteur de « progrès », à la faveur duquel « chaque fonction s'accomplit beaucoup plus vite et beaucoup mieux » (Mes Idées politiques, 1937). Quant à la décroissance, sans doute cette perspective lui aurait-elle semblé contraire à la nature même de l'homme. Celui-ci « ne peut rien laisser en place », écrivait-il : « il lui faut défaire et refaire, décomposer pour le recomposer sur un autre plan tout ce qu'il trouve autour de lui, et son système de remaniement perpétuel l'aura conduit, de proche en proche, à interposer sa main, son travail, sa peine et son art entre toutes les matières premières que la nature lui fournit et que jadis il utilisait telles quelles » ; « animal industrieux, voilà, je pense, la définition première de l'homme » (« L'Industrie », Principes, 1931).

Cela étant, Charles Maurras raillait volontiers « la doctrine libérale [qui] assure que le bien social résulte mécaniquement du jeu naturel des forces économiques » ; « les conseils des économistes libéraux valent pour nous ce qu'auraient valu autrefois pour le genre humain une secte de naturistes qui lui aurait recommandé de se croiser les bras et d'attendre que la terre porte d'elle-même les fruits et les moissons » (Mes Idées politiques, 1937). Poursuivons toutefois la lecture : « Non, la nature, non, le jeu spontané des lois naturelles ne suffisent pas à établir l'équilibre économique. Mais prenons garde ; ces lois, auxquelles il serait fou de vouer une confiance aveugle et mystique, il serait encore plus fou de les négliger. Cultivons, tourmentons, forçons même l'ample et bizarre sein de la vieille nature, ajoutons à ses forces nos forces et notre sagesse, notre prévoyance et notre intérêt, doublons les partout de nous-mêmes. Mais sachons que nous ne commanderons aux choses qu'à la condition de leur obéir. » La mise en œuvre d'une « politique naturelle » chère à Maurras ne serait-elle alors possible que dans le respect d'un « ordre spontané » ? La question est posée.

La folie laïciste transcende les clivages politiques

16 avril 2018

Un sénateur Les Républicains veut bannir des écoles les quelques signes religieux encore visibles aux yeux des élèves. Appliquées à la lettre, ses propositions relèveraient d'une folie totalitaire.

Une proposition de loi a été déposée à la chambre haute afin de « renforcer l'effectivité du principe de laïcité » et de « lutter contre le prosélytisme dans le cadre de l'enseignement public ». Son auteur, Jérôme Bascher, sénateur de l'Oise, revendique une conception manifestement radicale de la laïcité.

Cachez ce clocher que je ne saurais voir !

Son texte vise explicitement les parents accompagnateurs des sorties scolaires. Concrètement, s'il était appliqué, les femmes de confession musulmane qui portent le voile seraient obligatoirement priées de le retirer en pareille circonstance.

« L'école, et plus généralement le temps scolaire, doit demeurer un sanctuaire où aucun signe religieux ostentatoire ne doit être exposé aux élèves », proclame Jérôme Bascher dans l'exposé des motifs. Si tel était effectivement le cas, sans doute conviendrait-il d'expurger les manuels scolaires et de mettre à l'Index bien des œuvres littéraires : le baptême de Clovis serait effacé de l'histoire de France, entre autres exemples ; quant aux Misérables de Victor Hugo, ils mettraient toujours en scène Jean Valjean, mais celui-ci n'y croiserait plus l'évêque Myriel. Par ailleurs, peut-être faudrait-il fermer les volets des salles de classe dont les fenêtres laisseraient apparaître le clocher d'un église, signe religieux ostentatoire s'il en est…

Le père Noël est une ordure

Sans aller aussi loin, le texte proposé stipule tout de même que « les propos et agissements visant à exercer une influence sur les croyances ou l'absence de croyances des élèves sont interdits dans les écoles, collèges et lycées publics, ainsi qu'aux abords immédiats de ces établissements, lors des entrées ou sorties des élèves ou dans un temps très voisin de celles-ci, et lors des sorties scolaires organisées par ces établissements ». Autrement dit, un élève pourrait être puni pour avoir raconté à un camarade de classe qu'il allait à la messe le dimanche… Ou même pour lui avoir dit s'il croyait ou non au père Noël !

Fait remarquable : cette proposition de loi ubuesque n'émane pas de la France insoumise, mais d'un élu Les Républicains. Dont acte.

Obsolescence programmée : un procès à charge contre Epson élude la responsabilité des consommateurs

10 avril 2018

Commentaire critique d'un reportage diffusé sur France 2. Un article d'abord publié sur Contrepoints le 7 avril 2018.

Poursuivi en justice pour « obsolescence programmée », Epson a d'ores et déjà été condamné par un tribunal médiatique. Dans un numéro d'Envoyé spécial diffusé sur France 2 le 29 mars 2018, les journalistes Anne-Charlotte Hinet et Swanny Thiébaut ont repris avec une étonnante crédulité les accusations assénées par l'association HOP (Halte à l'obsolescence programmée), à l'origine d'une plainte déposée l'année dernière contre l'industriel japonais.

Certains constats rapportés dans cette enquête s'avèrent effectivement troublants : on y découvre qu'une imprimante prétendument inutilisable peut tout à fait sortir plusieurs pages après l'installation d'un pilote pirate ; quant aux cartouches, elles semblent loin d'être vides quand l'utilisateur est appelé à les changer. La preuve n'est-elle pas ainsi faite qu'un complot est ourdi contre des consommateurs aussi malheureux qu'impuissants ?

La musique accompagnant ce reportage, angoissante, laisse entendre qu'un danger planerait sur ceux qui se risqueraient à le dénoncer. On tremble à l'évocation de cet homme qui « a fini par briser le silence » ; quel aura été le prix de sa témérité ? Un passionné d'électronique susceptible d'assister les enquêteurs vit en marge de la société, reclus loin des villes et de leurs menaces : « il a fallu avaler quelques kilomètres en rase campagne pour trouver un expert », racontent les journalistes. Un expert censé décrypter le contenu d'une puce électronique à l'aide d'un tournevis… Succès garanti.

La concurrence met les fabricants sous pression

Les imprimantes incriminées sont vendues autour d'une cinquantaine d'euros. « Le fabricant n'a pas intérêt à avoir des imprimantes de ce prix-là qui soient réparables, sinon il n'en vendra plus », croit savoir l'un des témoins interrogés. Étrange conviction : si un fabricant était en mesure de prolonger la durée de vie de ses produits et d'étendre leur garantie en conséquence, sans en renchérir le coût ni en compromettre les fonctionnalités, n'aurait-il pas intérêt à le faire, dans l'espoir de gagner des parts de marché aux dépens de ses concurrents ?

De toute façon, pour Epson, l'activité la plus lucrative n'est pas là : « autant vendre une imprimante pas chère pour vendre ensuite de l'encre très chère », souligne une autre personne interrogée, cette fois-ci bien inspirée. Il est vrai qu'au fil du temps, les fabricants de cartouches génériques parviennent à contourner les verrous mis en place par Epson et ses homologues pour s'arroger d'éphémères monopoles sur le marché des consommables. Cela étant, même s'il préfère acheter de l'encre à moindre coût, le possesseur d'une imprimante Epson fonctionnelle sera toujours un acheteur potentiel des cartouches de la marque ; ce qu'il ne sera plus, assurément, quand son imprimante sera tombée en panne… Ce constat, frappé du sceau du bon sens, semble avoir échappé aux enquêteurs, qui prétendent pourtant que « les fabricants font tout pour vous faire acheter leurs propres cartouches ». Peut-être cela pourrait-il expliquer l'obligation de changer une cartouche pour utiliser le scanner d'une imprimante multi-fonctions… Mais quelle garantie Epson aurait-il que ses clients lui restent fidèles au moment de renouveler leur matériel dont il aurait lui-même programmé l'obsolescence ? Ils le seront d'autant moins s'ils ont été déçus par leur achat – notamment s'ils jugent que leur imprimante les a lâchés prématurément.

La pertinence d'un stratégie d'obsolescence programmée est donc sujette à caution. Comment, dès lors, expliquer certaines aberrations ? Epson se montre peu prolixe à ce sujet ; sa communication s'avère même calamiteuse ! « Une imprimante est un produit sophistiqué », affirme-t-il dans un communiqué. Pas tellement en fait. Du moins l'électronique embarquée dans un tel appareil n'est-elle pas des plus élaborée. Assistant au dépeçage d'une cartouche, les journalistes ont mimé l'étonnement à la découverte de sa puce : « Surprise ! […] Pas de circuit électrique, rien qui la relie au réservoir d'encre. Elle est juste collée. Comment diable cette puce peut-elle indiquer le niveau d'encre si elle n'est pas en contact avec l'encre ? » Que croyaient-ils trouver dans un consommable au recyclage notoirement aléatoire ? Ou dans un appareil vendu seulement quelques dizaines d'euros ? Quoi qu'en dise Epson, sans doute la consommation de l'encre et l'état du tampon absorbeur sont-ils évalués de façon approximative. Apparemment, le constructeur voit large, très large même ! C'est évidemment regrettable, mais qu'en est-il des alternatives ? Les concurrents d'Epson proposent-ils des solutions techniques plus efficaces sur des produits vendus à prix comparable ? Encore une question qui n'a pas été posée…

Des produits réputés à tort irréparables

Concernant les cartouches, dont l'encre est en partie gaspillée, la malignité prêtée au constructeur reste à démontrer. On n'achète pas une cartouche d'encre comme choisit une brique de lait ni comme on fait un plein d'essence. Si le volume d'encre qu'elle contient est bien mentionné sur l'emballage, cette information n'est pas particulièrement mise en valeur. D'une marque à l'autre, d'ailleurs, elle n'est pas la même ; elle ne constitue pas un repère ni un élément de comparaison. En pratique, on n'achète pas des millilitres d'encre, mais des cartouches de capacité dite standard, ou bien de haute capacité, avec la promesse qu'elles nous permettront d'imprimer un certain nombre de pages. Dans ces conditions, quel intérêt y aurait-il, pour un constructeur, à restreindre la proportion d'encre effectivement utilisée ? Autant réduire le volume présent dans les cartouches ! Pour le consommateur, cela reviendrait au même : il serait condamné à en acheter davantage ; pour l'industriel, en revanche, ce serait évidemment plus intéressant, puisqu'il aurait moins d'encre à produire pour alimenter un nombre identique de cartouches vendues au même prix. Un représentant d'Epson, filmé à son insu, a tenté de l'expliquer au cours du reportage, avec toutefois une extrême maladresse. Les enquêteurs n'ont pas manqué de s'en délecter, prenant un malin plaisir à mettre en scène la dénonciation d'un mensonge éhonté.

Force est de constater qu'ils n'ont pas fait preuve du même zèle pour vérifier les allégations des militants qui les ont inspirés. Quand il juge nécessaire de changer le tampon absorbeur d'une imprimante, Epson en interdit l'usage au motif que l'encre risquerait de se répandre n'importe où. Parmi les utilisateurs d'un pilote pirate permettant de contourner ce blocage, « on a eu aucun cas de personnes qui nous écrivaient pour dire que cela avait débordé », rétorque la représentante de l'association HOP. Pourquoi les journalistes n'ont-ils pas tenté l'expérience de vider quelques cartouches supplémentaires dans ces conditions ? À défaut, peut-être auraient-ils pu arpenter la Toile à la recherche d'un éventuel témoignage. « Il y a quelques années j'ai dépanné une imprimante qui faisait de grosses traces à chaque impression, dont le propriétaire avait, un an auparavant, réinitialisé le compteur […] pour permettre de reprendre les impressions », raconte un internaute, TeoB, dans un commentaire publié le 19 janvier sur le site LinuxFr.org ; « le tampon était noyé d'encre qui avait débordé et qui tapissait tout le fond de l'imprimante », précise-t-il ; « ça m'a pris quelques heures pour tout remettre en état, plus une nuit de séchage », se souvient-il. Dans le cas présent, ce qui passe pour de l'obsolescence programmée pourrait relever en fait de la maintenance préventive… Les journalistes l'ont eux-mêmes rapporté au cours de leur reportage : Epson assure remplacer gratuitement ce fameux tampon ; pourquoi ne l'ont-ils pas sollicité pour évaluer le service proposé ?

Ils ont préféré cautionner l'idée selon laquelle une imprimante affectée par un consommable réputé en fin de vie – à tort ou à raison – devrait être promise à la casse. La confusion à ce sujet est entretenue au cours du reportage par un technicien présenté comme un « spécialiste de l'encre et de la panne ». Les militants de l'association HOP témoignent en cela d'une inconséquence patente : ils pourraient déplorer le discours sibyllin des constructeurs d'imprimantes, dont les manuels d'utilisation ou les messages à l'écran ne semblent pas faire mention des opérations de maintenance gracieuses promises par ailleurs ; mais ils préfèrent entretenir le mythe d'un sabotage délibéré de leurs produits, confortant paradoxalement leurs utilisateurs dans la conviction qu'ils seraient irréparables… Si la balle se trouve parfois dans le camp des industriels, ceux-ci ne manquent pas de la renvoyer aux consommateurs ; encore faut-il que ces derniers s'en saisissent, plutôt que de fuir leurs responsabilités éludées par une théorie complotiste.

Les souverainistes contre la monarchie

23 mars 2018

Ceux qui appellent la France à sortir de l'Union européenne semblent être les premiers à oublier qu'elle en fait elle-même partie.

La « politique de casse des services publics est dictée à la France par l'Union européenne », avons-nous lu dernièrement sur Facebook. Le projet de loi « pour un nouveau pacte ferroviaire », qui vient d'être présenté à l'Assemblée nationale, serait censé en témoigner. En effet, le Gouvernement ne s'en cache pas : il s'agit, entre autres, de transposer les directives organisant un « espace ferroviaire unique européen ».

Curieusement, ceux qui appellent la France à sortir de l'Union européenne semblent être les premiers à oublier qu'elle en fait elle-même partie. Et qu'à ce titre, elle a voix au chapitre. De fait, les textes incriminées ont été adoptés avec son accord, en 2012 comme en 2016 (un registre des votes publics est accessible en ligne).

Dans ces conditions, comment peut-on prétendre que Bruxelles impose sa volonté à Paris ? Tout au plus pourrait-on considérer que le Gouvernement place le Parlement devant le fait accompli. Or, au Danemark et en Finlande, il semblerait que les choses se passent différemment – preuve, encore une fois, que l'Europe n'est pas seule en cause. En France, le primat va à l'exécutif ! Cela en vertu d'une tradition monarchique entretenue par la constitution de la Ve République. Voilà, précisément, ce contre quoi se battent les souverainistes. Parmi lesquels on compte pourtant de fervents gaullistes et même des royalistes… Ironie !

Union européenne : des prérogatives à saisir

31 janvier 2018
Article publié dans L'Action Française 2000

Politique agricole commune, TVA : quand la Commission européenne veut redonner du pouvoir aux États membres, mais que ceux-ci, France en tête, hésitent à s'en saisir…

Les États membres de l'Union européenne (UE) sont-ils condamnés à lui transférer sans cesse davantage de prérogatives ? Pas au regard du droit. Leurs représentants « peuvent décider de modifier les traités sur lesquels l'Union est fondée, y compris en vue d'accroître ou de réduire les compétences attribuées à l'Union dans lesdits traités », est-il bien stipulé dans le droit primaire européen. Quant à la Commission européenne, elle propose parfois de rétrocéder certaines responsabilités aux États membres, via la modification de quelque directive ou règlement. Depuis quatre ans, par exemple, ils jouent un rôle accru dans la gestion des fonds structurels européens. Deux autres réformes en ce sens ont été annoncées dernièrement par Bruxelles.

Pas touche à la PAC !

La première porte sur la Politique agricole commune (PAC). Il y a deux mois, le 29 novembre, la Commission a proposé de « renforcer les compétences des États membres en matière de choix et de modalités d'affectation des ressources de la PAC ». Selon Bruxelles, « le fait de passer d'une approche universelle à une approche sur mesure rapprochera la politique et ses implications réelles de ceux qui en assument la mise en œuvre sur le terrain ». Paris se réjouit-il d'une telle perspective ? Bien au contraire. Dans l'Hexagone, où l'on profite tout particulièrement de cette manne budgétaire qui transite par Bruxelles, cela suscite des inquiétudes. « Il faut arrêter de toujours augmenter la subsidiarité de la PAC ; si l'on continue comme ça, en 2026, il ne restera pas grand-chose de commun à cette politique », dénonce un agriculteur cité par Euractiv. « La France s'oppose à toute "renationalisation" de la PAC », résument nos confrères.

La seconde de ces réformes, présentée le 18 janvier dernier, concerne la TVA. Aujourd'hui, les États membres doivent s'accorder à l'unanimité pour définir les biens ou services susceptibles de bénéficier d'un taux réduit. Cela peut susciter d'âpres négociations. En 2016, comme l'a rappelé Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, à la Fiscalité et à l'Union douanière, « la question des taux de TVA appliqués aux tampons hygiéniques a même abouti dans les conclusions du Conseil européen lors des négociations sur le Brexit » ; « nos chefs d'État et de gouvernement ont pourtant bien "d'autres chats à fouetter" », a-t-il martelé. Aussi propose-t-il, au nom de la Commission, « de redonner aux États membres la liberté […] de fixer les taux de TVA comme ils l'entendent », avec toutefois quelques bornes : par exemple, le taux moyen pondéré appliqué à la consommation à l'intérieur d'un État membre ne devra pas descendre en-dessous de 12 %.

Bruxelles bouc émissaire

Ce pouvoir, les États membres « le demandent », selon Pierre Moscovici. Pourtant, « ce ne sera pas simple d'obtenir l'unanimité » requise pour entériner cette réforme, si l'on en croit ses collègues cités par Les Échos. Il faut dire que les gouvernements s'accommodent parfois très volontiers des blocages européens. Confronté aux revendications des centres équestres, par exemple, Paris ne pourra plus arguer d'une opposition de Bruxelles pour leur refuser le privilège d'une TVA réduite, si la Commission parvient effectivement à mener son projet à bien. Il va falloir assumer ! Dans certains cas, il arrive même « que des gouvernements nous demandent de proposer telle ou telle réforme […] en nous avertissant qu'ils nous en feront porter la responsabilité », selon un fonctionnaire européen cité en juin 2016 par notre confrère Jean Quatremer sur son blog Coulisses de Bruxelles.

Cela étant, il arrive aussi que Paris s'affranchisse de ses engagements européens. En 2012 et en 2014, il avait aligne le taux de TVA des livres numériques puis des journaux en ligne sur celui du papier, sans attendre le feu vert de Bruxelles. Lequel s'avère d'autant plus difficile à obtenir qu'il faut compter avec le chantage de la République tchèque. En conséquence, comme le rappelaient Les Échos en juin dernier, la France « a été condamnée en 2015 par la justice européenne mais sans être sanctionnée et elle a maintenu ces nouveaux taux réduits ». En revanche, c'est en toute légalité qu'elle a rétabli des contrôles à ses frontières en novembre 2015, après les attentats. Ils seront maintenus au moins jusqu'au 30 avril prochain. Cela en vertu d'une dérogation inhérente au fonctionnement de l'espace Schengen. Sans doute con-vient-il de le rappeler : les libertés ne s'octroient pas, elles se prennent ! Reste, le cas échéant, à en faire bon usage.